Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Berlin Energy Transition Dialogue : la transition énergétique mondiale modifie le cadre géopolitique

Berlin Energy Transition Dialogue. Berlin, 17/04/2018

Berlin Energy Transition Dialogue. Berlin, 17/04/2018, © Thomas Koehler/photothek.net

09.04.2019 - Article

Le passage aux énergies renouvelables réduit les dépendances géopolitiques. Lors du Dialogue de Berlin sur la transition énergétique (Berlin Energy Transition Dialogue, BETD) au ministère fédéral des Affaires étrangères, il est question des impacts de la transition énergétique mondiale.

Les investissements dans les énergies renouvelables ont dépassé ces dernières années ceux dans les énergies fossiles comme le pétrole et le gaz. Les pays exportateurs de pétrole et de gaz naturel perdent ainsi un important instrument de pouvoir politique dont ils disposaient jusqu’ici comme levier pour imposer leurs intérêts. Les pays peuvent améliorer leur propre sécurité énergétique en optant pour les énergies renouvelables et en abandonnant les énergies fossiles. Ils réduisent ainsi leur dépendance géopolitique envers les pays exportateurs de pétrole et de gaz naturel.

L’équilibre des pouvoirs dans le domaine de la politique étrangère commence à se modifier – les pays partisans de la transition énergétique peuvent poursuivre leurs objectifs stratégiques et de politique étrangère de manière plus indépendante.

Les 9 et 10 avril, le ministère fédéral des Affaires étrangères organise pour la cinquième fois l’une des plus grandes conférences sur la transition énergétique mondiale : le Berlin Energy Transition Dialogue. Plus de 2 000 participants et au moins 50 délégations composées de hauts responsables gouvernementaux venus de tous les continents discutent à cette occasion des impacts géopolitiques et économiques de la transition énergétique mondiale. Le ministère fédéral des Affaires étrangères entend veiller à ce que

  • la transition énergétique mondiale réduise les risques de violents conflits inter-États,
  • des normes communes soient élaborées pour les énergies renouvelables,
  • une domination technologique de quelques acteurs dans ce secteur d’avenir ne puisse pas s’établir.

Composantes économiques

Outre l’accent mis sur la politique étrangère, la transition énergétique mondiale revêt également un aspect économique important, les énergies renouvelables représentant 10 millions d’emplois dans le monde. L’Allemagne emploie à elle seule près de 350 000 personnes dans ce secteur. De nombreux pays s’intéressent aux expériences faites par l’Allemagne dans sa transition énergétique nationale. La question est de savoir comment parvenir à développer la part des énergies renouvelables dans le contexte de la sortie du nucléaire et du charbon tout en maintenant au même niveau la production industrielle dans le pays et en créant des emplois.

Grâce à l’Accord de Paris sur le climat, les investissements dans les énergies renouvelables continueront de progresser. Les entreprises allemandes sont bien placées vu les expériences faites dans le cadre de la transition énergétique allemande, connue sous le nom de « Energiewende ». Elles ont donc toutes leurs chances, également à l’étranger.

Énergie éolienne
Énergie éolienne© Patrick Pleul/dpa-Zentralbild/ZB

Qui prend part au BETD : la moitié des participants sont des femmes

Le ministère fédéral des Affaires étrangères et le ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie organisent ensemble le Dialogue de Berlin sur la transition énergétique. Les deux ministères coopèrent pour cela étroitement avec l’Association allemande pour l’énergie solaire (BSW-Solar), la Confédération allemande pour les énergies renouvelables (BEE), l’entreprise conseil eclareon et l’Agence allemande de l’énergie (dena).

Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, et son collègue Peter Altmaier, ministre fédéral de l’Économie et de l’Énergie, ouvrent ensemble la conférence le 9 avril dans la Weltsaal du ministère fédéral des Affaires étrangères. Parmi les intervenants figurent cette année l’ancienne présidente d’Irlande, Mary Robinson, le président du directoire de Siemens, Joe Kaeser, ainsi que le directeur de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables et le directeur de l’Agence internationale de l’Énergie.

Une autre priorité de la conférence consiste à favoriser tout spécialement les femmes qui sont jusqu’ici sous-représentées dans le domaine de l’énergie. Grâce aux invitations ciblées, les femmes représentent plus de la moitié des participants aux différents panels du BETD 2019.

Lire aussi :

Site du Berlin Energy Transition Dialogue

« Un nouveau monde » : Rapport de la Commission mondiale chargée d’examiner la géopolitique de la transformation de l’énergie, cofinancée par le ministère fédéral des Affaires étrangères

Retour en haut de page