Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

CO2 : les émissions allemandes en forte baisse

04.04.2019 - Article

Selon les chiffres provisoires de l’Office allemand pour l’environnement (UBA), les émissions de gaz à effet de serre ont baissé de 4,5 % en 2018. Conjoncture favorable ou tendance de fond ?

Les émissions allemandes de gaz à effet de serre depuis 1990
Les émissions allemandes de gaz à effet de serre depuis 1990© Allemagne Diplomatie/ A. Lefebvre

Après quatre années de stagnation, l’Allemagne a enregistré une baisse significative de ses émissions polluantes en 2018. Selon l’Office allemand pour l’environnement (UBA), elle a rejeté 41 millions de tonnes de gaz à effet de serre de moins qu’en 2017, soit une diminution de 4,5 %. La baisse est de 4,2 % (- 38 millions de tonnes) pour le seul dioxyde de carbone (CO2).

«  L’Allemagne a produit l’an dernier beaucoup plus d’énergie éolienne et solaire, et elle a beaucoup moins recouru à l’énergie fossile », s’est félicitée la ministre fédérale de l’Environnement, Svenja Schulze.

C’est, en effet, la première raison de l’embellie. La croissance de la production d’électricité à partir de sources renouvelables a permis d’économiser le rejet de 184 millions de tonnes équivalent CO2, selon l’UBA. À cela s’est ajoutée la fermeture de plusieurs centrales thermiques (1,5 gigawatt pour les centrales à charbon (houille)) ou leur mise en «  réserve  ». Au total, le secteur de l’énergie a réduit ses émissions de CO2 de 14 millions de tonnes, soit 4,5 %.

Mais si l’Allemagne a progressé dans sa démarche de protection du climat, des conditions météorologiques particulières ont accéléré la tendance. La sécheresse de l’été 2018 a été violente. Elle a asséché certains cours d’eau et empêché le bon acheminement du charbon et du fioul, a constaté l’UBA. Il en a résulté une hausse des prix qui a fait baisser la consommation. La clémence de l’hiver a, en outre, réduit partout les besoins en chauffage.

Enfin, une troisième explication réside dans une double hausse : celle des prix des carburants (+ 7 % pour l’essence, + 12 % pour le diesel) et celle du prix de la tonne de COrésultant de la réforme du système européen d’échange de quotas d’émission. La première a encouragé les automobilistes à lever le pied, la seconde a freiné la gourmandise des industriels.

Au total, les ménages ont ainsi réduit leurs émissions de CO2 de 10,9 %, le secteur des déchets de 5,3 %, l’industrie de 2,8 % et le secteur des transports de 2,9 %.

Berlin entend réduire ses émissions d’au moins 55 % d’ici 2030

Les émissions allemandes de gaz à effet de serre en 2018 par secteur
Les émissions allemandes de gaz à effet de serre en 2018 par secteur© Allemagne Diplomatie/ A.Lefebvre

À l’échelle du pays et sur la longue durée, cela représente une chute de 30,8 % des émissions allemandes par rapport à 1990, l’année de référence. Un résultat solide, mais insuffisant pour permettre à l’Allemagne de respecter ses objectifs immédiats. Berlin vise, en effet, une réduction de 40 % à l’horizon 2020. Une performance désormais improbable.

Dès lors, les associations de défense de l’environnement exhortent le gouvernement à mettre les bouchées doubles pour rattraper le retard pris et atteindre l’objectif suivant : une baisse d’au moins 55 % des émissions (par rapport à 1990) à l’horizon 2030. Elles plaident entre autres pour la fixation d’objectifs contraignants pour tous les secteurs d’activité.  

À Berlin, le débat sur les moyens de parvenir à l’objectif n’est pas encore tranché. Mais la conscience de l’urgence est là aussi. Les mesures se succèdent. Tout récemment, la chancelière Angela Merkel a ainsi décidé de créer un comité interministériel sur le climat qu’elle présidera en personne. Et la ministre Svenja Schulze prépare de son côté un projet de loi sur la protection du climat. Il sera doté de mesures fortes, avec un calendrier et des responsabilités précises. Il doit voir le jour avant la fin de l’année.

A.L.

 

Plus d’informations :

Communiqué de l'Office allemand pour l'Environnement (UBA) (en allemand)

Réaction de la ministre allemande de l'Environnement, Svenja Schulze (en allemand)

Ministère allemand de l'Environnement : l'ébauche du projet de loi sur la protection du climat annoncé avant la fin de 2018 (en allemand / anglais)

Retour en haut de page