Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Bientôt de l’électricité solaire non subventionnée

EnBW veut construire dans le Brandebourg, à 30 km à l’est de Berlin, un parc solaire de la taille de 225 terrains de football pour fournir de l’électricité à 50 000 foyers

EnBW veut construire dans le Brandebourg, à 30 km à l’est de Berlin, un parc solaire de la taille de 225 terrains de football pour fournir de l’électricité à 50 000 foyers. Ce mastodonte, le plus grand parc solaire d’Allemagne, doit voir le jour l’année prochaine, © dpa-Zentralbild

07.02.2019 - Article

L’entreprise EnBW veut construire dans le Brandebourg la plus grande centrale photovoltaïque d’Allemagne. Et se passer de subventions, un tournant pour la filière.

Un parc photovoltaïque grand comme 225 terrains de football, capable de fournir de l’électricité à 50 000 foyers et d’économiser 125 000 tonnes d’émissions de CO2 par an : c’est un projet inédit qu’EnBW ambitionne de réaliser dans le Brandebourg, à une trentaine de kilomètres à l’est de Berlin. L’entreprise allemande, selon le « Handelsblatt », s’apprête à construire le plus vaste parc solaire d’Allemagne. Mais ce n’est pas tout, souligne le quotidien : EnBW entend réaliser son projet sans la moindre subvention, ce qui annoncerait une inflexion majeure pour la filière.

L’Allemagne a massivement investi dans le solaire photovoltaique depuis le début des années 2000
L’Allemagne a massivement investi dans le solaire photovoltaique depuis le début des années 2000. Elle est aujourd’hui le premier pays en terme d’électricité solaire en Europe, même si son industrie de fabrication de panneaux photovoltaiques a périclité il y a quelques années à cause de la concurrence chinoise à bas coûts© picture alliance

L’expansion du solaire, rappelle le quotidien, a débuté très tôt en Allemagne, au tournant des années 2000. Avec 1,7 million d’installations solaires sur les toits et dans les champs, l’Allemagne se classe en la matière au premier rang européen et au 4e rang mondial. Mais c’est un investissement qui a coûté cher (plus de 70 milliards d’euros, a calculé le journal) au consommateur.

En effet, la loi sur les énergies renouvelables, dans sa version initiale, garantissait aux fournisseurs que leur électricité serait injectée en priorité dans le réseau et bénéficierait d’une rémunération généreuse garantie pendant 20 ans. Elle a été réformée en 2012, car la technologie avait évolué et permettait d’atteindre le seuil de rentabilité à un prix plus bas. Les plus vastes parcs solaires ont même été exclus du mécanisme de subvention. Mais de là à s’en passer totalement. Est-ce à dire qu’EnBW pense exploiter son projet de manière rentable par la seule vente de son électricité ?

C’est ce que suppose le « Handelsblatt ». « L’énergie solaire a manifestement réussi sa percée sur le plan commercial », écrit-il. C’est le résultat de la baisse drastique du coût des panneaux solaires, aujourd’hui majoritairement produits en Chine. Il en résulte que l’électricité solaire photovoltaïque reviendrait, sur les sites les plus favorables, potentiellement moins cher que l’électricité produite dans des centrales classiques.

Pour le quotidien, le projet d’EnBW pourrait donc en annoncer d’autres avec la disparition du nucléaire en 2022, puis du charbon en 2038. « Avec la sortie programmée du charbon, Vattenfalls et BayWa, par exemple, ont annoncé leur intention d’installer des parcs éoliens et photovoltaïque à grande échelle sur les sites des anciennes mines de charbon à ciel ouvert de Lusace. Et ils veulent, eux aussi, se passer entièrement de subventions », indique-t-il. L’aube d’une nouvelle ère ?

A.L.

Plus d’informations :

Communiqué de presse de l'entreprise EnBW (en allemand)

Retour en haut de page