Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Café : jetable ou durable ?

À Fribourg-en-Brisgau, Hanovre, Oldenbourg ou Greifswald (photo), les initiatives se multiplient pour proposer des alternatives au gobelet jetable, particulièrement nuisible pour l’environnement

À Fribourg-en-Brisgau, Hanovre, Oldenbourg ou Greifswald (photo), les initiatives se multiplient pour proposer des alternatives au gobelet jetable, particulièrement nuisible pour l’environnement, © dpa-Zentralbild

12.11.2018 - Article

En Allemagne, plusieurs villes tentent de trouver des alternatives au gobelet jetable.

L’Allemagne jette 320 000 gobelets par heure, soit près de 3 milliards de gobelets par an, alerte l’ONG Deutsche Umwelthilfe
L’Allemagne jette 320 000 gobelets par heure, soit près de 3 milliards de gobelets par an, alerte l’ONG Deutsche Umwelthilfe,. Or, produire ces gobelets nécessite de dizaines de milliers de tonnes de bois et de plastique, des milliards de litres d‘eau et une quantité d’énergie correspondant à la consommation annuelle d’une petite ville© dpa Themendienst

L’Allemagne en jette 320 000 par heure, près de trois milliards par an, selon l’ONG Deutsche Umwelthilfe. Les gobelets jetables en plastique sont un fléau pour l’environnement. Mais comment s’en passer ? La mode du « coffee-to-go » prospère. Elle semble avoir de beaux jours devant elle tant les amateurs de café apprécient de pouvoir déguster ce petit remontant partout et à n’importe quelle heure de la journée. Mais la Deutsche Umwelthilfe et un nombre croissant de municipalités tirent la sonnette d’alarme et cherchent des alternatives.

Fribourg-en-Brisgau fait partie des pionniers. Depuis trois ans, la ville de la Forêt-Noire a mis en place un système de consigne.  Dans un peu plus d’une centaine de magasins et de cafés, les habitants peuvent acheter leur petit noir dans une « Freiburg Cup », un mug en plastique recyclable, en versant une consigne d’un euro. L’initiative plaît aux jeunes : sur le campus de l’université, 60 % des buveurs de café ont adopté la « Freiburg Cup ». Les habitudes sont plus difficiles à changer ailleurs. Au total, seuls 20 à 25 % des habitants, ont fait de même.

Hanovre est un autre exemple. Le Hannonino y a fait son apparition en août 2017. Ce mug recyclable s’obtient en déboursant deux euros de consigne dans 150 cafés et magasins. Il y en a déjà 50 000 en circulation –ce sont 5,2 millions de gobelets qui ne finiront pas dans les poubelles.

Tests grandeur nature

On trouve des initiatives similaires à Oldenbourg, Paderborn ou Greifswald. Ces initiatives de terrain ne réussissent pas complètement, reconnaît la Deutsche Umwelthilfe. Il faudrait un système de consigne national, comme pour les bouteilles en verre. Mais ces expériences, tentées à l’échelle locale sont très utiles parce qu’elles constituent des tests grandeur nature.

La cafétéria de l’université de Würzbourg en a récemment fait l’instructive expérience. Il y a quelques mois, les étudiants ont décidé eux-mêmes, lors d’une réunion, de bannir les gobelets jetables de l’université. À la place, quelque 5 000 gobelets réutilisables ont été achetés. Ils étaient vendus à la cafétéria au prix de quatre euros et, une fois utilisés, étaient échangés contre un gobelet propre. La cafétéria se chargeait du nettoyage.  

Tout semblait aller pour le mieux. Mais au bout de quelques semaines, les étudiants ont eu une vision d’horreur : au lieu de se remplir de gobelets en plastique, les poubelles de l’université et des alentours se sont remplies de gobelets réutilisables… Des gobelets beaucoup plus rigides, et donc plus difficiles à éradiquer. Les services de nettoyage se sont plaints. Et il a fallu réintroduire des gobelets jetables, à côté des gobelets réutilisables. Les responsables de la cafétéria en ont tiré une leçon : pour changer les comportements, il vaut mieux miser sur l’incitation, plutôt que sur la contrainte…

A.L.

Retour en haut de page