Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Plastique : du déchet au produit recyclé

3.100 exposants, dont une moitié d‘étrangers, et plus de 135.000 visiteurs ont rendez-vous cette semaine à Munich à l’IFAT, premier salon mondial des technologies de l’environnement © Axel Schelbert/ Messe München GmbH

3.100 exposants, dont une moitié d‘étrangers, et plus de 135.000 visiteurs ont rendez-vous cette semaine à Munich à l’IFAT, premier salon mondial des technologies de l’environnement, © Axel Schelbert/ Messe München GmbH

14.05.2018 - Article

Les entreprises allemandes innovent pour mieux recycler les déchets plastiques. Elles présentent leurs nouveautés à l’IFAT, premier salon mondial des technologies de l’environnement qui se tient cette semaine à Munich.

En moyenne, un couple d’Allemands rejette 1,2 tonne de déchets par an, soit le poids d’une voiture. C’est le troisième chiffre le plus élevé de l’Union européenne (UE), selon Eurostat. Rien d’étonnant, donc, à ce qu’une personne sur deux admette qu’elle devrait réduire ses déchets, et que près de neuf sur dix jugent qu’il y a urgence à agir. Or, les entreprises allemandes sont très innovantes dans le domaine de la gestion des déchets et du recyclage. Elles le prouvent toute cette semaine au salon IFAT, à Munich.

Le premier salon mondial de la gestion des eaux, de l'assainissement, de la gestion des déchets et du secteur des matières premières se tient tous les deux ans  dans la capitale bavaroise. C’est une plateforme dédiée à l’innovation sous toutes ses formes. Elle présente cette année les nouveautés de 3 100 exposants, pour moitié étrangers. Et elle attend plus de 135 000 visiteurs sur ses 260 000 mètres carrés de surface d’exposition (l’équivalent de 36 terrains de football).

« Rethink – reduce – recycle plastic »

Le destin des déchets plastiques inquiète les opinions publiques de la Chine à l’Europe. C’est l’un des thèmes phares du salon IFAT qui se tient cette semaine à Munich © Dpa/pa
Le destin des déchets plastiques inquiète les opinions publiques de la Chine à l’Europe. C’est l’un des thèmes phares du salon IFAT qui se tient cette semaine à Munich© Dpa/pa

Cette année, un thème a dominé la journée d’inauguration : le destin des déchets plastiques. On en retrouve une grande quantité dans l’environnement, et ils finissent tôt ou tard par s’accumuler dans les cours d’eau et les océans sous forme de microparticules extrêmement nocives. Mais même lorsqu’ils sont jetés et triés, ils finissent souvent dans un incinérateur. Ils demeurent, en effet, plus difficiles à recycler que le papier ou le verre. L’enjeu est donc de les faire entrer dans un processus de revalorisation qui permette de les transformer  en un produit neuf. « Rethink – reduce – recycle plastic » : tel est le slogan de l’IFAT 2018.

Et les idées ne manquent pas. Le projet SolvoPET, par exemple, s’intéresse au PET (polyéthylènetéréphtalate). C’est l’un des plastiques les plus utilisés pour fabriquer des emballages de jouets, cosmétiques ou produits alimentaires. Son avantage : il reste étanche, y compris avec des huiles, alcools ou acides. Son inconvénient : il est souvent allié à d’autres plastiques ou à de l’aluminium. Il est donc difficile à trier et finit à l’incinérateur faute de mieux.

Mais grâce à SolvoPET, un procédé de décomposition automatique préalable au tri, il pourra à l’avenir rejoindre les déchets recyclables. Il pourra réintégrer l’économie circulaire et les matériaux issus du recyclage auront la qualité du neuf. « Cela représente une valeur ajoutée très nette d’un point de vue écologique et économique », souligne Carsten Eichert de RITTEC Umwelttechnik, l’une des entreprises investies dans le projet.

35 millions d’euros d’aides

Le ministère allemand de l’Éducation et de la Recherche (BMBF) soutient lui même solvoPET. Deux millions d’euros ont été accordés au projet jusqu’en septembre 2020. Mais ce n’est pas le seul projet à recevoir un financement public. Très engagé en faveur de la recherche sur « les plastiques dans l’environnement », le BMBF a débloqué 35 millions d’euros pour soutenir 18 projets de recherche associant plus d’une centaine de partenaires d’ici à 2021.

On trouve ainsi sur le salon IFAT toutes sortes de nouveaux procédés, qui vont du tri à la valorisation des déchets plastiques. L’entreprise Steinert, par exemple, a développé une machine capable de détacher les différentes feuilles d’emballage plastiques les unes des autres en quelques secondes pour permettre leur recyclage. Plusieurs tonnes de plastiques à l’heure peuvent être traitées de manière totalement automatisée avec 99 % de succès, avant de  rejoindre à nouveau la production.

De son côté, la firme APK Alumiium und Kunststoffe AG a développé un procédé de dissolution des déchets plastiques qui aboutit à la production de granulats de matière plastique pure, et donc réutilisable.

Une chose est sûre : les professionnels du recyclage du plastique semblent avoir le vent en poupe. Et ce n’est pas seulement une impression. Depuis le 1er janvier dernier, la Chine a interdit les importations de déchets plastiques sur son sol. Les déchets voguent désormais vers d’autres pays, d’Asie ou d’Europe centrale. Mais ces derniers pourraient bien un jour imiter l’Empire du Milieu. Le secteur des technologies de recyclage et de revalorisation du plastique semble donc promis à un bel avenir.

A.L.

Plus d’informations :

IFAT, Salon mondial de la gestion des eaux, de l'assainissement, de la gestion des déchets et du secteur des matières premières (en allemand et anglais)

Inauguration du salon IFAT - Site du ministère allemand de l'Environnement (en allemand)

Valorisation des déchets plastiques - Site du ministère allemand de l'Éducation et de la Recherche (en allemand)

Procédé SolvoPET pour le recyclage des déchets en plastique (en allemand)

Retour en haut de page