Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Génération planète

La pollution de l’environnement arrive en tête des préoccupations des jeunes Allemands devant le terrorisme et le dérèglement climatique, selon l’enquête Shell 2019

La pollution de l’environnement arrive en tête des préoccupations des jeunes Allemands devant le terrorisme et le dérèglement climatique, selon l’enquête Shell 2019, © dpa

16.10.2019 - Article

Les jeunes forment une génération plus consciente qui s’inquiète de la dégradation de l’environnement. Ils veulent plus que jamais avoir leur mot à dire dans la société, révèle une vaste enquête auprès des 12-25 ans.

Ils vont à l’école, consomment et font du sport. Ils sortent entre amis. Ils défilent dans les rues le vendredi pour défendre le climat. Mais encore ? Qui sont les jeunes Allemands ? Quelles sont leurs valeurs ? Leurs priorités ? Leur vision de la vie ? Qu’est-ce qui les caractérise en 2019 ? Tous les quatre ans, l’enquête Shell livre un portrait détaillé de la génération émergente. La dernière édition, présentée hier à Berlin, dessine le profil d’une génération plus idéaliste que ses aînés. Ses premières préoccupations sont l’environnement, le climat et le vivre-ensemble.

Les auteurs, des chercheurs dirigés par le politologue Mathias Albert de l’Université de Bielefeld, ont interrogé 2 572 jeunes de 12 à 25 ans. Leur enquête met à jour une génération tout aussi « pragmatique » que ses aînés, mais qui « formule plus clairement ses exigences pour bâtir la société de demain ». Ainsi, 71 % des jeunes Allemands ne font pas confiance aux partis politiques pour prendre leurs problèmes en considération, un phénomène qui n’est pas nouveau. Mais désormais, les jeunes réclament des actes.

C’est le cas, au premier chef, face à la crise environnementale. Elle arrive largement en tête de leurs préoccupations (71 %) avec le terrorisme (66 %) et le changement climatique (65 %).  Suivent l’hostilité croissante entre les gens (56 %) et la hausse de la xénophobie (52 %). En revanche, l’économie, la peur du chômage ou de la pauvreté, qui dominaient jusqu’en 2010, passent au second plan. C’est vrai aussi de la peur d’un nouvel afflux d’étrangers (33 %).

Les filles, inspiratrices d’un mode de vie plus conscient

« Beaucoup de jeunes jugent aujourd’hui important de mener une vie nettement plus consciente », soulignent les auteurs. C’est une inflexion majeure par rapport aux précédentes enquêtes. « Et ces jeunes énoncent leur exigence de bâtir un environnement et une société durables d’une manière claire et audible ».

Par exemple, en 2019, « quatre jeunes sur cinq attachent de l’importance au fait d’agir pour sa santé de manière consciente. C’est un chiffre aussi important que celui qui concerne le désir d’indépendance, l’assiduité au travail, l’ambition et le plaisir de vivre », souligne l’enquête. Quant au souci de protéger l’environnement (71 %), il a fait un bond depuis 2002 (60 %). Il devance aujourd’hui le désir d’accroître son niveau de vie (63 %).

Les jeunes filles, notent les auteurs, sont les fers de lance de cette évolution. On l’observe en tête des manifestations pour le climat « Fridays for Future ». Les chiffres le confirment. Les quatre cinquièmes d’entre elles disent respecter l’environnement en toutes circonstances, contre seulement deux garçons sur trois. Elles ont aussi une fibre sociale plus développée. Les garçons, moins émotifs et plus matérialistes, se montrent, par contre, plus intéressés qu’elles par la recherche de pouvoir et d’influence.

Optimistes, démocrates… et Européens

Les amis et la famille restent des valeurs sûres aux yeux de la jeunesse, selon l’enquête Shell 2019
Les amis et la famille restent des valeurs sûres aux yeux de la jeunesse, selon l’enquête Shell 2019© picture alliance / Photoshot

Plus généralement, l’enquête brosse le portrait d’une génération étonnamment optimiste dans un monde en crise (57 % des sondés sont optimistes pour eux-mêmes, seulement 5 % pessimistes). Est-ce le reflet du confort matériel dont jouissent les jeunes Allemands ? Toujours est-il que six sur dix (59 %) jugent la société juste, huit sur dix (79 %) le système de formation juste et plus de la moitié que les rémunérations sont justes (57 %) et les personnes défavorisées suffisamment aidées (55 %).

Les jeunes, même s’ils préfèrent les mouvements associatifs aux partis politiques, se disent aussi satisfaits de la démocratie dans laquelle ils vivent (77 %) et pro-européens (50 %). Fait notable, dans cette première génération à avoir grandi dans l’Allemagne vraiment réunifiée, le système démocratique satisfait deux jeunes sur trois dans les régions de l’est. Ils n’étaient qu’un sur deux il y a quatre ans.

A.L.

Plus d’informations :

Enquête Shell sur les jeunes Allemands de 12 à 25 ans : résultats complets (en allemand/ anglais)
Ministère allemand de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse (en allemand)

Retour en haut de page