Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Hier exilés, demain citoyens

Une fois le titre de séjour obtenu s’ouvre un autre défi, celui de l’intégration. Le projet Comparti, à Chemnitz, aide des arrivants à faire entendre leur voix au sein de la société

Une fois le titre de séjour obtenu s’ouvre un autre défi, celui de l’intégration. Le projet Comparti, à Chemnitz, aide des arrivants à faire entendre leur voix au sein de la société, © dpa-Zentralbild

02.07.2019 - Article

À Chemnitz (Saxe), une association aide les migrants à s’insérer dans la société en leur transmettant les bases du fonctionnement de la démocratie allemande.

Leur titre de séjour obtenu, un nouveau défi attend les réfugiés et les migrants arrivés en Allemagne : celui de l’intégration. À Chemnitz, en Saxe, l’association AGIUA a décidé de les aider d’une manière originale. Elle vient de recevoir le Prix de l’Éducation civique du ministère allemand de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse pour son projet baptisé « Comparti ».

Il s’agit, explique sa directrice, Jeanette Hilger, « d’accroître la capacité des personnes issues ou non de l’immigration à participer à la vie politique à travers l’éducation civique. Nous les aidons à formuler leurs intérêts, à les défendre et à s’investir dans des associations. Nous nous adressons également aux organisations qui veulent s’ouvrir à l’interculturalité ».

Les étrangers, lorsqu’ils arrivent en Allemagne, ont pour premier souci d’obtenir un titre de séjour régulier. Mais une fois ce cap passé, « ils éprouvent fortement le désir de s’impliquer dans la société et de lui rendre quelque chose à leur tour », explique Mme Hilger.

Donner aux migrants les clés pour participer à la vie de la cité

Et c’est moins évident qu’on ne le pense. Ce n’est possible « que si l’on a la réponse à des questions » de base, telles que : « ‘Comment fonctionne le système politique allemand ?’ ‘Quelles sont les mentalités ?’ ou ‘Comment puis-je devenir un membre à part entière de cette société ?’ », explique Mme Hilger. Des clés que les animateurs du projet (la directrice, un collaborateur à temps partiel et de nombreux soutiens bénévoles) vont s’attacher à leur donner.

Le projet Comparti offre des cours d’éducation civique aux réfugiés et aux migrants pour leur permettre de s’insérer dans la société
Le projet Comparti offre des cours d’éducation civique aux réfugiés et aux migrants pour leur permettre de s’insérer dans la société© dpa

Ils se font connaître d’eux à travers des flyers, par le biais de partenaires mais aussi et surtout via les réseaux sociaux. La barrière de la langue ne doit pas être un problème, souligne Mme Hilger. « La plupart de ceux à qui nous présentons nos cours et nos offres parlent allemand. Mais nous proposons toujours l’accompagnement d’un interprète ». Il peut « leur traduire ce qui se dit à l’oreille afin de ne pas gêner le reste de l’assistance ».

La jeune femme se souvient d’un moment particulièrement émouvant. Un jour, lors de la visite d’une commission d’aide à la jeunesse, un jeune participant a confié qu’il aimerait beaucoup se faire prendre en photo aux côtés de la maire de la ville. Contact fut pris. Le cliché eut lieu. Le soir, le jeune homme le brandissait partout, un sourire de fierté accroché au visage.

De manière générale, « j’apprécie les nombreuses personnes de tous horizons qu’il m’est donné de rencontrer », confie Mme Hilger. « Et je suis impressionnée par leur sens de la collectivité. Ce qu’ils organisent, ce n’est pas pour eux, mais toujours d’autres, en leur offrant de prendre part à leur religion et à leurs valeurs ».

A.L.

Plus d’informations :

Projet Comparti (en allemand)
Ministère allemand de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse (en allemand)
Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand)

Retour en haut de page