Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Des «  jeudis pour la démocratie  » contre la violence d’extrême droite

Manifestation contre l‘extrême droite et la violence le week-end-end dernier à Kassel (Hesse), après le meurtre du préfet de la ville Walter Lübke

Manifestation contre l‘extrême droite et la violence le week-end-end dernier à Kassel (Hesse), après le meurtre du préfet de la ville Walter Lübke, © dpa

27.06.2019 - Article

Après l’assassinat du préfet de Kassel (Hesse), le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, appelle les députés à se mobiliser contre l’extrême droite à travers des «  Jeudis de la démocratie  » inspirés des manifestations «  Fridays for Future  » pour le climat.

Protéger le climat. Défendre la démocratie. Deux enjeux majeurs pour l’avenir des sociétés. Aussi, même s’il n’est pas très fréquent qu’un ministre des Affaires étrangères intervienne en politique intérieure, le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a pris l’initiative mardi de lancer l’idée d’organiser des «  Jeudis de la démocratie  ». Après l’assassinat du préfet de Kassel, Walter Lübke, par un homme proche des milieux néonazis, il invite à s’inspirer des manifestations de jeunes pour le climat («  Fridays for Future  ») et à se mobiliser pour montrer que la démocratie est plus forte que les extrémistes.

Le ministre a présenté son initiative dans une lettre adressée aux députés du Bundestag. Son idée est de mettre sous le feu des projecteurs pendant une journée les «  héros démocratiques du quotidien  » qui «  défendent nos valeurs au jour le jour dans l’ombre  ». Il entend par là les milliers d’élus municipaux et de bénévoles qui travaillent chaque jour au service de leurs concitoyens. Car ces élus de tous bords, qui sont les piliers de la société, reçoivent régulièrement des insultes, voire des menaces. Et ces agressions, souligne M. Maas, sont en vérité des attaques contre les valeurs de notre société. Il est temps que les responsables politiques montrent qu’ils se tiennent aux côtés des acteurs de terrain.

Concrètement, l’idée est d’inviter des personnes de divers horizons à remercier leurs élus et bénévoles via le hashtag #DonnerstagsderDemokratie, et à leur raconter leur histoire. L’initiative a été relayée sur Twitter. Elle aurait très vite recueilli un très large écho dans la classe politique au-delà des appartenances partisanes.

Des piliers de la société démocratique exposés à la violence

Selon un sondage pour la chaîne publique ARD auprès de 1000 élus, près de la moitié des maires allemands déclare avoir déjà fait l’objet d’insultes ou de menaces.

Et cette triste réalité est confirmée par le dernier rapport officiel sur la protection de la Constitution qui a été présenté aujourd’hui à Berlin. Les autorités allemandes ont recensé 24 100 extrémistes de droite en 2018, a rapporté le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer. C’est une centaine de plus en un an et «  un nouveau record  ».

En outre, la moitié (12 700) de ces extrémistes sont considérés comme «  orientés vers la violence  ». M. Seehofer a parlé d’un chiffre «  inquiétant  » et d’une menace d’agression «  élevée  » à «  prendre très, très au sérieux  ». Il a appelé de ses vœux le renforcement des mesures de lutte contre l’extrémisme politique.

Hommage du Bundestag à Walter Lübke

Pendant ce temps, les élus du Bundestag ont rendu cet après-midi un hommage transpartisan et teinté d’émotion à Walter Lübke. Mercredi, l’assassin présumé de l’édile de Kassel, un homme proche des milieux néonazis, a avoué les faits. Il a été arrêté, de même que deux hommes soupçonnés de complicité. L’enquête se poursuit pour savoir si Stephan E. a agi seul ou non.

A.L.

 Plus d’informations :

Regarder l'interview du ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, sur la chaîne ARD (vidéo à télécharger en allemand)

Retour en haut de page