Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La criminalité baisse en Allemagne

Selon les dernières statistiques policières, la criminalité a retrouvé son niveau le plus bas depuis 26 ans en Allemagne. La sécurité s’est renforcée dans presque tous les domaines.

Selon les dernières statistiques policières, la criminalité a retrouvé son niveau le plus bas depuis 26 ans en Allemagne. La sécurité s’est renforcée dans presque tous les domaines., © dpa/pa

03.04.2019 - Article

Délits, cambriolages et vols ont enregistré un net recul en 2018. Selon le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, «  l’Allemagne est l’un des pays les plus sûrs au monde  ».

Vols de voiture et de vélos, cambriolages, violences de rue, fraudes, viols : 2018 a été une mauvaise année pour les malfaiteurs et une bonne année pour la sécurité en Allemagne. Selon les dernières statistiques policières, la criminalité a accusé une baisse marquée pour la deuxième année consécutive. Le nombre de délits (- 3,4 %) est redescendu à son niveau le plus bas depuis 26 ans.

 

La sécurité s’est renforcée dans presque tous les domaines. Les vols ont diminué de 7,5 % par rapport à 2017, les vols à la tire de 18,2 %, les cambriolages de 16,3 %, les viols et agressions sexuelles de 18,2 %, la criminalité de rue de 6 %, la fraude de 7,6 %, la criminalité violente de 1,9 %.

Le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, s’est félicité de l’amélioration de la coopération policière entre État et länder. Dans le cas des cambriolages, le renforcement des mesures de protection des particuliers montre aussi son efficacité : 45 % des projets de vols par effraction en restent au stade de la tentative.

Taux d’élucidation record

Autre bonne nouvelle : la police retrouve de plus en plus souvent les auteurs d’actes délictueux. Avec un taux de 56,5 %, le pourcentage d’affaires élucidées bat tous les records depuis la création des statistiques en 2005.

«  L’Allemagne est l’un des pays les plus sûrs au monde  », s’est réjoui M. Seehofer. Le ministre a toutefois reconnu les «  ombres et lumières  » qui nuancent quelque peu le constat très positif établi par le rapport. Outre les limites inhérentes au recensement statistique et l’impact de réformes sur la comparabilité de certains chiffres, le document pointe l’augmentation de certains types de criminalité.

C’est le cas des infractions à l’autorité de l’État (+ 40 %), le plus souvent dirigées contre les forces de police ou les secouristes. C’est aussi le cas de délits dont les auteurs utilisent l’anonymat d’Internet : diffusion d’écrits pornographiques (+13,6 %), trafic ou usage de stupéfiants (+ 6,1 %), infractions à la législation sur les armes à feu (+ 5,5 %).

Par ailleurs, plus des trois quarts des suspects sont des hommes et la proportion d’étrangers (30,5 %) est plus élevée que la moyenne.

Le sentiment d’insécurité persiste

Enfin, la criminalité a beau baisser, les Allemands ne le perçoivent pas encore. Le sentiment d’insécurité est même plutôt en hausse, selon une enquête commandée à l’Office fédéral de la police criminelle (BKA) et à l’Institut Max Planck du droit pénal étranger et international. Ainsi, plus d'un Allemand sur cinq (21,4 %) a peur de sortir dans son quartier la nuit. C’est 5 % de plus qu’il y a cinq ans.

 

A.L.

Plus d’informations :

Ministère allemand de l’Intérieur : statistiques policières de la criminalité (2018) (en allemand)

Office fédéral de la police criminelle (BKA) : enquête sur la sécurité, réelle et ressentie (2017) (en allemand)

Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand)

Retour en haut de page