Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Le vin chaud, une longue histoire

En Allemagne et dans les pays d’Europe centrale, le vin chaud est l’une des boissons phares de l’hiver, incontournable sur les marchés de Noël

En Allemagne et dans les pays d’Europe centrale, le vin chaud est l’une des boissons phares de l’hiver, incontournable sur les marchés de Noël, © dpa-Zentralbild

21.12.2018 - Article

Réconfort indispensable lors d’une visite au marché de Noël, le « Glühwein » (vin chaud) est une tradition répandue dans les pays germanophones et en Europe centrale. Mais d’où vient-il ?

Il réchauffe le corps, ouvre le cœur et répand un doux parfum de cannelle dans l’atmosphère glacée de décembre. Que serait la magie des marchés de Noël sans le vin chaud ? Appelé « Glühwein » dans les pays de langue allemande, il y jouit d’une tradition fort ancienne (tout comme en Europe centrale) et se décline en de multiples recettes. Mais si l’on cherche bien, sa trace remonte plus loin encore.

Ce sont les Romains qui, les premiers, ont l’idée d’aromatiser leur vin avec des épices et du sucre, puis de le faire chauffer. C’est une affaire de goût, mais aussi de conservation. Au Ier siècle avant J.C., Apicius rédige la première recette de vin aux épices (ou « conditum paradoxum »). Elle est déjà proche de la version moderne : de la cannelle, du laurier, de l’anis étoilé, de la coriandre, du thym et une bonne dose de miel versé dans du bon vin.

L’histoire se poursuit au Moyen-Âge. Les ingrédients varient peu. Mais l’on attribue désormais au « vin épicé » des vertus médicinales, notamment pour soigner les maux de ventre. En 1580, Hieronymus Bock (1498-1554), célèbre médecin allemand considéré comme l’un des pères de la botanique, le recommande à son tour dans son traité de pharmacie « contre les douleurs de la poitrine ».

1843, la première recette en Saxe

Du vin épicé au vin chaud moderne, il n’a donc qu’un pas. Il est franchi au XIXe siècle par un historien saxon, August Josef Ludwig von Wackerbarth (1770-1850), qui passe les dernières années de sa vie au milieu de ses vignobles. Au milieu du XIXe siècle, cet homme de grande culture, épris des Lumières du siècle précédent, semble un peu « hors du temps ». Mais il a à cœur de transmettre son savoir. C’est à lui que l’on doit la première vraie recette de vin chaud (1843) retrouvée dans les archives. Une recette à base de cannelle, de gingembre, d’anis, de grenade, de noix de muscade, de cardamome, de sucre ou de miel… et de safran.

Les secrets d’un bon vin chaud : du vin (rouge ou blanc) de bonne qualité, des épices (cannelle, clous de girofle, anis étoilé, etc.), un zeste de citron et un peu de miel ou de sucre. Faire chauffer dans une casserole à moins de 80°C et filtrer
Les secrets d’un bon vin chaud : du vin (rouge ou blanc) de bonne qualité, des épices (cannelle, clous de girofle, anis étoilé, etc.), un zeste de citron et un peu de miel ou de sucre. Faire chauffer dans une casserole à moins de 80°C et filtrer© dpa Themendienst

Aujourd’hui, la recette classique du vin chaud est un mélange de vin de bonne qualité (rouge ou blanc) et d’épices (cannelle, clous de girofle, anis étoilé, etc.) auquel on ajoute un zeste de citron et un peu de miel ou de sucre. Il faut ensuite faire chauffer le breuvage à feu doux dans une casserole, puis filtrer.

Attention, prévient toutefois l’Institut allemand du vin : il ne faut pas dépasser la température de 80 °C (l’alcool s’évapore à 78 °C et les épices perdent de leur saveur). De plus, l’ajout d’eau ou de colorants est strictement interdit. Le taux d’alcool doit être compris entre 7° et 14,5°.

Cela n’empêche pas l’existence d’une grande variété de recettes. En Hesse et en Franconie, par exemple, on trouve du vin chaud réalisé avec du cidre. À Nuremberg, il n’est pas rare d’en trouver à base de vin blanc.

On trouve aussi dans le commerce, depuis les années 1950, de nombreuses offres de vin épicé en bouteille ou en pack à réchauffer. Mais ces vins à bas coût sont de moins en moins dans l’air du temps. La tendance est plutôt aux vins chauds réalisés par des vignerons certifiés, avec du vin de qualité.

Cependant, quelle que soit la recette, plus personne ne l’ignore plus : le Glühwein réchauffe et possède… d’éminentes vertus psychologiques et sociales !

A.L.

Plus d’informations :

Institut allemand du vin (en allemand)

Retour en haut de page