Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les jeunes et Internet : fini l’euphorie

En Allemagne, les jeunes ne s’imaginent plus vivre sans Internet, mais ils s’y sentent de plus en plus exposés aux insultes. Ils craignent aussi la dépendance, selon une étude

En Allemagne, les jeunes ne s’imaginent plus vivre sans Internet, mais ils s’y sentent de plus en plus exposés aux insultes. Ils craignent aussi la dépendance, selon une étude, © picture alliance / PHOTOPQR/LE T

21.11.2018 - Article

Nés avec Internet, ils l’utilisent quotidiennement et ne peuvent s’en passer. Mais les 14-24 ans se méfient davantage de la Toile et de ses dérives qu’on ne le croit, selon une étude allemande.

Surnommés « digital natives » ou « génération Internet », ils sont nés un smartphone à la main. Geeks presque par essence, ils passent leur vie sur les réseaux sociaux et communiquent via des applications. Du moins est-ce ainsi qu’on les imagine… Mais est-ce la réalité ? Les 14-24 ans sont-ils toujours aussi accros au monde virtuel ? Moins qu’on le croit, révèle cette semaine une étude allemande.

Réalisée auprès de 1730 adolescents et jeunes adultes allemands par l’Institut allemand pour la sécurité sur Internet (DIVSI) avec le ministère allemand de la Famille, elle montre que la « génération Internet » porte bien son nom. 100 % des 14-24 ans possèdent un smartphone. 99 % vont sur la Toile quotidiennement. Ils la trouvent pratique. Ainsi, les deux tiers ne peuvent pas s’imaginer vivre sans. 69 % disent même qu’elle les rend heureux.

Internet, une bénédiction et une malédiction

Étude « Génération Internet » : les jeunes Allemands (14-24 ans) et Internet
Étude « Génération Internet » : les jeunes Allemands (14-24 ans) et Internet© Allemagne Diplomatie/ A. Lefebvre

Mais le tableau change dès que l’on analyse plus en détail les rapports de ces adolescents et jeunes adultes avec le web. Soudain, ils se révèlent sceptiques, voire méfiants. De quoi ont-ils peur ? De la « culture de l’insulte » (64 % s’attendent à subir des insultes en se rendant sur Internet, 38 % renoncent pour cette raison à exprimer leur avis), de l’usage qui est fait de leurs données personnelles (moins d’un tiers les jugent en sécurité) et du risque de devenir dépendant d’Internet (30 % des 14-17 ans). 64 % ont ainsi le sentiment de perdre leur temps sur la Toile. 19 % avouent qu’aller sur Internet les énerve. Mais beaucoup y vont quand même de peur d’être marginalisés.

On est loin du sentiment d’euphorie qui imprégnait la jeunesse dans une enquête similaire en 2014, soulignent les auteurs de l’étude. « La comparaison montre que les jeunes perçoivent beaucoup plus de risques qu’il y a quatre ans dans l’utilisation d’Internet », indique Silke Borgstedt, directrice de la recherche sociale et directrice d’études à l’institut SINUS. Il est frappant de constater que la crainte de publier des posts embarrassants ou intimes (+ 18 points) et la peur des faux profils sur les réseaux sociaux (+ 16 points) sont en forte hausse.

Peur de donner son avis

La chercheuse n’est d’ailleurs pas la seule à s’inquiéter. « Quand les jeunes arrêtent de donner leur opinion dans un espace d’échange qui leur importe par peur des insultes et autres avalanches d’injures, il nous faut quand même nous poser la question de ce que cela révèle de l’état de notre société démocratique », commente Joanna Schmölz, directrice adjointe du DIVSI.

« C’est un signal alarmant », renchérit Franziska Giffey. La ministre allemande de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse n’entend pas rester les bras croisés. « Les jeunes ont besoin d’être soutenus et accompagnés pour pouvoir utiliser la Toile sans gêne. Et nous avons besoin d’une loi moderne de protection de la jeunesse dans les médias. […] Nous sommes déjà en train d’y travailler », a-t-elle annoncé.

En attendant, la perspective d’une société encore plus dépendante d’Internet et du numérique effraie 41 % des 14-24 ans. C’est deux fois plus qu’il y a quatre ans.

A.L.

Plus d’informations :

DIVSI - Télécharger l'étude (en allemand)

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

Ministère de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse (en allemand)

Retour en haut de page