Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

« Homme/femme d’honneur » est le mot jeune de l’année en Allemagne

Homme/ femme d’honneur

Homme/ femme d’honneur : « une personne qui fait quelque chose de spécial pour une autre » dans le langage des jeunes, selon les éditions Langenscheidt, © picture alliance / dpa Themendienst

19.11.2018 - Article

Apparemment sorti d’une autre époque, le terme « homme/ femme d’honneur » a été désigné comme mot jeune de l’année en Allemagne.

« Merci de m’avoir tenu mon verre, tu es un homme d’honneur »… Vendredi dernier, l’expression « homme/ femme d’honneur » (« Ehrenmann/ Ehrenfrau ») a été élue « mot jeune de l’année » en Allemagne. Elle est utilisée pour désigner une personne serviable, qui fait quelque chose de spécial pour quelqu’un. Elle a été retenue par un jury composé de 21 journalistes, blogueurs et élèves parmi les dix premières propositions recueillies lors d’un sondage en ligne des éditions Langenscheidt.

Mais le choix en a surpris plus d’un. Trouve-t-on vraiment cette expression surannée dans la bouche d’adolescents ? Les jeunes d’aujourd’hui s’expriment-ils donc avec l’affectation des aristocrates qui vivaient au temps de leurs arrière-arrière-grands-parents ?

Pour Jeremy Jahn, un policier de 24 ans qui siégeait parmi les membres du jury, « c’est un mot qui nous a semblé réellement en usage, et ce dans toute l’Allemagne ». « C’était l’argument » en sa faveur.

Le langage, reflet de l’évolution de la société

Mais « l’homme d’honneur » du XXIe siècle n’est plus vraiment celui du XIXe, souligne Oliver Bach, un autre membre du jury, professeur de littérature. « Le langage jeune a dépoussiéré ce terme » inusité depuis un siècle. « Autrefois, il était réservé aux catégories sociales supérieures, et aux hommes. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il est utilisé dans toutes les catégories sociales et il s’applique aussi aux femmes. »

D’aucuns se sont d’ailleurs félicités que le jury ait explicitement décliné l’expression au masculin et au féminin. Certains regrettent même que l’on n’aille pas jusqu’à parler d’« Ehrenmensch » (« personne d’honneur ») pour inclure le troisième genre.

Ce n’est cependant pas la première fois que le « mot jeune de l’année » suscite des hochements de tête en Allemagne. Parmi les lauréats des dernières années figuraient « I bims » (pour « ich bin » ou « ich bin’s »), « Smombie » (zombie rivé à son smartphone),  « Yolo » (pour : « you only live once »). Des termes incompréhensibles sans traducteur…

Beaucoup gens se sont ainsi demandé si les jeunes employaient vraiment ces expressions. D’autant qu’elles proviennent d’un sondage en ligne que certains considèrent surtout comme une action de promotion pour les éditions Langenscheidt.

Le jury de cette année a voulu tordre le cou à cette critique. Il n’a d’ailleurs pas retenu le mot le plus proposé sur Internet, mais le troisième. Les deux premiers étaient « verbuggt » (pour : plein d’erreurs, mal foutu) et « glucose-haltig » (pour : sucré). On trouvait également dans la liste : « Lauch » (littéralement « poireau », dans le sens d’« idiot »), « auf dein Nacken ! » (pour : À toi de payer !, C’est pour ta pomme !) et « ich küsse dein Auge » (littéralement : j’embrasse ton œil pour « un très grand merci »).


A.L.

 

Plus d’informations :

« Mot jeune de l'année » - Éditions Langenscheidt (en allemand)

Retour en haut de page