Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’est de l’Allemagne au défi de la démographie

La ville de Meissen, célèbre pour ses porcelaines, en Saxe (est de l’Allemagne) © Dpa/pa

La ville de Meissen, célèbre pour ses porcelaines, en Saxe (est de l’Allemagne)., © Dpa/pa

08.06.2018 - Article

Le dépeuplement va handicaper le développement économique des régions de l’est de l’Allemagne, prévient le délégué du gouvernement fédéral, Christian Hirt. Mais il convient de ne pas baisser les bras.
 

Près de 30 ans après la chute du mur de Berlin et malgré des améliorations considérables, l’est de l’Allemagne reste confronté à de nombreux défis. Et le plus lourd de conséquences n’est peut-être pas celui auquel on pense. Il s’agit de la démographie. Dans les années qui ont suivi la réunification, l’Est a perdu beaucoup de ses enfants. Un problème auquel s’ajoute aujourd’hui le vieillissement, ce qui accélère la fonte de la population active. Le délégué du gouvernement fédéral aux régions de l’Est, Christian Hirt, a récemment attiré l’attention sur le phénomène.

Selon lui, le dépeuplement des régions de l’est va handicaper leur développement économique au cours des années à venir. « L’évolution démographique joue un rôle majeur pour l’économie. Cela signifie qu’il va être de plus en plus difficile de créer une croissance significative dans les nouveaux länder au cours des années à venir », a-t-il déclaré. Rien qu’en Thuringe, le nombre d’actifs pourrait se réduire de 29 % à l’horizon 2035. 

Le phénomène devrait aussi creuser l’écart avec l’Ouest. Selon les offices régionaux des statistiques, la croissance aurait déjà atteint l’an dernier 1,4 % dans les cinq länder de l’Est contre 2,3 % à l’Ouest.

À cela s’ajoute la peur d’une spirale « de l’adaptation vers le bas » générée par le départ des caisses d’épargne, services postaux ou hôpitaux, a souligné M. Hirte, lui-même originaire de l’Est.

Mais cela ne signifie en aucun cas que la qualité de vie soit moindre à l’Est qu’à l’Ouest. À l’Est, par exemple, les logements sont moins chers, et les gardes d’enfants beaucoup plus accessibles.

De fait, il ne faut pas baisser les bras, estime M. Hirte. « Nous devons apporter une réponse » à cette peur centrale de la spirale vers le bas, a-t-il indiqué. C’est le travail de la commission chargée d’assurer des conditions de vie équivalentes sur tout le territoire.

Par ailleurs, le Pacte de solidarité qui aidait jusqu’ici spécifiquement les nouveaux länder va se transformer pour aider après 2019 toutes les régions structurellement faibles. Pour l’est de l’Allemagne, cela signifie qu’il faudra concentrer les aides sur les personnes les plus faibles, les petites entreprises et le soutient à l’innovation, a souligné le délégué.


A.L.

Retour en haut de page