Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Rudi Dutschke, le visage de 1968 en Allemagne

Le leader étudiant Rudi Dutschke le 6 décembre 1967 à Cologne devant une assemblée d’un millier d’étudiants

Le leader étudiant Rudi Dutschke le 6 décembre 1967 à Cologne devant une assemblée d’un millier d’étudiants, © dpa

10.04.2018 - Article

Il y a 50 ans, le 11 avril 1968, le leader de la gauche étudiante allemande Rudi Dutschke était agressé à Berlin et grièvement blessé. Il mourra des suites de ses blessures en 1979.

C’était le 11 avril 1968. Rudi Dutschke, 27 ans, venait acheter un médicament pour son fils dans une pharmacie du Kurfürstendamm, la grande avenue de Berlin-Ouest. Mais sa route a croisé celle d’un jeune ouvrier proche de l’extrême-droite qui lui a tiré deux balles dans la tête et une dans l’épaule. Le meurtrier de 23 ans se suicidera dans sa cellule. Le leader de la gauche étudiante, lui, passera des mois à l’hôpital avant de reprendre ses activités. Il mourra des suites de ses blessures onze ans plus tard, en décembre 1979.

Opposition entre les manifestants et la police le 12 avril 1968 à Berlin, au lendemain de l’attentat contre le leader étudiant, Rudi Dutschke
Opposition entre les manifestants et la police le 12 avril 1968 à Berlin, au lendemain de l’attentat contre le leader étudiant, Rudi Dutschke© dpa

L’attentat contre Rudi Dutschke a été, en Allemagne, l’apogée de la révolte de 1968. Dans les jours suivants, des milliers d’Allemands sont descendus dans les rues de nombreuses grandes villes. Berlin-Ouest, Francfort, Munich, Hambourg, Heidelberg… Il y eut de graves combats de rue, et de nombreux blessés.

1968 en Allemagne

L’événement ne s’était pas produit sans dans un ciel serein. Berlin-Ouest était depuis quelques années l’épicentre des protestations étudiantes qui s’étaient développées en Allemagne. Les thèmes de la contestation étaient les mêmes que dans les autres pays occidentaux (guerre du Vietnam, critique du capitalisme, etc.). Mais la révolte avait une composante strictement allemande : la jeune génération demandaient à ses pères des comptes sur leur attitude pendant le nazisme, jusqu’alors étouffée ou cachée. Le mouvement de 1968 changea ainsi profondément le visage de la jeune République.

Atmosphère délétère

L’atmosphère était très tendue. Le 2 avril 1967, déjà, un étudiant berlinois, Benno Ohnesorg, avait été tué par la police lors d’une manifestation contre la venue du Schah d’Iran. Cela avait mis le feu aux poudres. La révolte avait alors gagné les masses et s’était radicalisée. La presse n’était pas en reste. Les titres du groupe Springer tiraient à boulets rouges sur Rudi Dutschke.

L’étudiant en sociologie et idéologue de la révolte était en effet le porte-parole de l’un des principaux vecteurs de la contestation, le SDS (Fédération socialiste des étudiants allemands). Il avait été averti par plusieurs personnes du danger que faisait planer sur lui le climat délétère, mais il avait jugé la menace exagérée.

A.L.