Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’économie allemande marche au ralenti

Conjoncture : les économistes s’attendent à un net refroidissement, voire à une récession en Allemagne

Conjoncture : les économistes s’attendent à un net refroidissement, voire à une récession en Allemagne, © dpa

04.09.2019 - Article

Le PIB (produit intérieur brut) allemand s’est replié de 0,1 %  au deuxième trimestre. Accident ou retournement de tendance ?

Les chiffres sont tombés fin août : selon l’Office allemand des statistiques, le produit intérieur brut (BIP) allemand s’est réduit de 0,1 % sur la période d’avril à juin. Si l’économie allemande enregistre un nouveau repli sur les mois d’été (juillet-septembre), elle entrera en « récession technique », selon le terme employé par les économistes. S’agit-il d’un « coup de fatigue » conjoncturel ou faut-il s’attendre d’un ralentissement durable ?

L’économie allemande, étant fortement exportatrice, subit plus que d’autres les effets conjugués de plusieurs phénomènes internationaux, expliquent les instituts d’analyse de la conjoncture. Les experts en citent principalement trois : la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, le ralentissement de la conjoncture mondiale et les incertitudes liées au Brexit.

Plusieurs observateurs pointent, en outre, des difficultés domestiques. Elles concernent principalement le secteur automobile, aux prises, en Allemagne, avec la mue technologique qu’implique la fin programmée du moteur à combustion.

En revanche, de nombreux indicateurs restent bien orientés. C’est notamment le cas de la consommation. Elle soutient plus que jamais la conjoncture allemande. Ainsi, dans le dernier baromètre, GfK, paru fin août, les attentes des consommateurs sont au plus bas depuis six ans concernant l’évolution de la conjoncture. Mais elles restent orientées à la hausse en ce qui concerne l’évolution de leur situation personnelle.

Cette situation va-t-elle perdurer ? Selon les experts, cela dépendra en grande partie de l’évolution du marché du marché du travail. À l’heure actuelle, il montre « de légères traces du ralentissement conjoncturel, mais il se révèle robuste », estime le directeur de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA), Detlev Schelle.

Selon les derniers chiffres pour le mois d’août, le nombre de chômeurs n’a augmenté que de 4 000 personnes en données corrigées des variations saisonnières (+ 44 000 en données brutes). Le taux chômage reste faible (5,1 %). Le nombre de personnes en activité continue à augmenter (45,29 millions d’actifs ont été recensées au mois de juillet). Et si le recours au chômage partiel est en hausse, il reste mesuré (42 000 personnes en juillet, 45 000 en août).

Le ministre allemand du Travail et des Affaires sociales, Hubertus Heil, se veut donc optimiste pour les mois à venir. Les observateurs n’en continuent pas moins de scruter avec attention l’horizon, dans un contexte international particulièrement incertain.

A.L.
 

Retour en haut de page