Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Des perspectives pour Görlitz

La ville de Görlitz, en Saxe. L’entreprise Siemens veut offrir de nouvelles perspectives à cette région défavorisée située à la frontière polonaise en construisant un campus de l’innovation axé avec l’aide du land et de la Société Fraunhofer

La ville de Görlitz, en Saxe. L’entreprise Siemens veut offrir de nouvelles perspectives à cette région défavorisée située à la frontière polonaise en construisant un campus de l’innovation axé avec l’aide du land et de la Société Fraunhofer, © Zentralbild

11.07.2019 - Article

Siemens annonce la signature d’un « Pacte d’avenir » pour cette ville défavorisée, située à la frontière polonaise.

Une vaste usine de production de turbines à l’arrêt et plus de 700 personnes sur le carreau : il y a un an et demi, Siemens provoquait une levée de boucliers en annonçant son intention de fermer son site de Görlitz (Saxe) dans le cadre de la restructuration de sa branche énergie. Les salariés, mais aussi des responsables se sont mobilisés pour sauver l’usine, l’un des principaux employeurs de cette région défavorisée située à la frontière polonaise. En mai dernier, l’entreprise annonçait ainsi qu’un accord avait été trouvé avec les représentants des salariés sur la poursuite de l’activité. Aujourd’hui, de nouvelles perspectives semblent se dessiner.

Le P.D.G. de Siemens, Joe Kaeser, doit signer lundi prochain un « Pacte d’avenir » pour Görlitz avec le ministre-président de la Saxe, Michael Kretschmer, a fait savoir l’entreprise hier. Le contenu n’a pas été dévoilé. La presse allemande évoque la construction d’un « campus d’innovation » spécialisé dans les technologies de l’hydrogène. La présence d’Angela Merkel est en tout cas annoncée. La chancelière doit visiter l’usine lundi.

Ce nouveau projet pourrait ouvrir de nouveaux horizons à la ville, et plus généralement à la Lusace. Cette région frontalière, productrice de lignite, est en effet l’un des bassins miniers concernés par la sortie du charbon, prévue d’ici à 2038. Les difficultés de la reconversion préoccupent les autorités. Et ce d’autant que Görlitz et ses 57 000 habitants ont vu le parti populiste de droite AfD arriver en tête aux élections municipales du 26 mai dernier.

Ces nouvelles perspectives n’empêcheront toutefois pas des licenciements. Siemens maintient ses objectifs d’économies, et « cela ne pourra pas se faire sans suppressions d’emplois », avait prévenu la directrice du personnel, Janina Kugel, en commentant l’accord de mai dernier entre la direction et les représentants des salariés sur de « grandes lignes pour la restructuration ».

En novembre 2017, Siemens avait annoncé sa volonté de supprimer 6900 emplois dans le monde, dont la moitié en Allemagne. Ces mesures concernent principalement sa branche énergie.

A.L.

Retour en haut de page