Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Numérique : Berlin adopte une stratégie nationale pour la formation continue

Le gouvernement allemand a adopté hier une stratégie nationale pour la formation continue. Son objectif est d’aider les salariés à se former aux exigences du monde du travail numérisé.

Le gouvernement allemand a adopté hier une stratégie nationale pour la formation continue. Son objectif est d’aider les salariés à se former aux exigences du monde du travail numérisé., © dpa/pa

13.06.2019 - Article

Le gouvernement et les partenaires sociaux ont présenté le texte conjointement hier à Berlin.

Selon le ministère allemand du Travail et des Affaires sociales, la révolution numérique pourrait créer 2,1 millions d’emplois nouveaux en Allemagne d’ici à 2025. Mais la médaille a son revers : elle menacerait dans le même temps 1,3 million d’emplois. Comment gérer cette transformation massive ? Comment aider les salariés concernés à se reconvertir ? Comment faire émerger les compétences nouvelles dont les entreprises vont avoir besoin alors que le marché souffre déjà d’une pénurie de main-d’œuvre qualifiée ? Le gouvernement allemand mise sur la formation continue. Il a présenté hier, à Berlin, le contenu d’une stratégie nationale en ce sens.

Meilleure information, meilleur accès

Hubertus Heil, ministre allemand du Travail (g.) : « Nous devons changer beaucoup, beaucoup de choses maintenant si nous voulons avoir à l’avenir une économie forte et préserver la cohésion sociale ». 1,3 million d’emplois sont menacés en Allemagne par le progrès technologique au cours des six ans à venir, 2,1 millions nouveaux emplois doivent émerger d’ici là.
Hubertus Heil, ministre allemand du Travail (g.) : «  Nous devons changer beaucoup, beaucoup de choses maintenant si nous voulons avoir à l’avenir une économie forte et préserver la cohésion sociale  ». 1,3 million d’emplois sont menacés en Allemagne par le progrès technologique au cours des six ans à venir, 2,1 millions nouveaux emplois doivent émerger d’ici là.© dpa/pa

Cette stratégie est le fruit d’une concertation entre les ministères et les représentants des partenaires sociaux, qui sont les chevilles ouvrières de la formation continue en Allemagne.

Son objectif est d’étoffer l’offre de formation et d’en faciliter l’accès à tous les salariés. Il est prévu, par exemple, de créer un portail d’information central. Il s’agit de rendre l’offre transparente et de simplifier les démarches d’inscription. «  Nous voulons créer en Allemagne une vraie culture de la formation continue  », a souligné, Anja Karliczek, ministre de l’Éducation et de la Recherche. «  Cela devra faire partie demain du quotidien au travail  ».

En matière de financement, la réflexion porte sur les moyens d’élargir l’accès aux formations et d’associer entre eux plusieurs dispositifs. De plus, les aides à la formation (BaföG) vont être substantiellement relevées pour l’accès à 700 diplômes professionnels de technicien, artisan ou employé qualifié de l’industrie. Enfin, des mesures telles que la création de périodes de formation subventionnées par l’État vont être examinées.

«  Droit au rattrapage  » pour les moins qualifiés

Élément essentiel, le texte prévoit des aides spécifiques pour les moins qualifiés. L’une de ses mesures phares est la création d’un «  droit au rattrapage  » pour les personnes sans diplôme qui s’engageraient dans une démarche de formation qualifiante. C’est une mesure de justice autant qu’un impératif de compétitivité : les salariés les moins qualifiés sont souvent ceux qui bénéficient le moins de la formation continue.

«  Nous devons changer beaucoup, beaucoup de choses maintenant si nous voulons avoir à l’avenir une économie forte et préserver la cohésion sociale  », a souligné le ministre du Travail et des Affaires sociales, Hubertus Heil.

Dans le même esprit, des programmes de formation continue vont être développés pour les PME. Ces entreprises, qui ne possèdent pas de service des ressources humaines étoffés, ont moins recours à la formation continue et elles ont donc plus de mal à s’adapter aux mutations technologiques. Or, elles sont la colonne vertébrale de l’économie.

Pour finir, M. Heil a annoncé une «  initiative législative concrète  » pour l’automne. Il souhaite permettre à l’Agence fédérale pour l’emploi (BA) de financer des formations dans un cas spécifique : celui de salariés mis au chômage partiel par les conséquences de la révolution numérique sur le modèle économique de leur entreprise. Le patronat s’oppose toutefois à cette mesure, inspirée d’une revendication du syndicat IGMetall.

A.L.

Plus d’informations :

Contenu de la Stratégie nationale pour la formation continue (en allemand)

Ministère fédéral de l'Éducation et des Affaires sociales (en allemand)

Ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales (en allemand)

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

Retour en haut de page