Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Entreprises : les femmes, clés du succès

30 % de femmes dans les conseils de surveillance des 100 plus grandes entreprises grâce aux quotas, mais seulement 8,5 % dans leurs directions : on reste loin de la parité.

30 % de femmes dans les conseils de surveillance des 100 plus grandes entreprises grâce aux quotas, mais seulement 8,5 % dans leurs directions : on reste loin de la parité., © dpa/pa

17.05.2019 - Article

À l’occasion du 65e anniversaire de la Fédération des entrepreneuses allemandes (VdU), la chancelière Angela Merkel a exhorté les entreprises à promouvoir beaucoup plus largement les femmes à la barre des entreprises.

Melitta Bentz a inventé le filtre à café en bricolant une casserole avec un marteau et des clous, et Marga Faulstich différents verres optiques dont ceux qu’utilisent nos lunettes de vue. La créativité des femmes n’est plus à démontrer, ni leur apport à la création de richesse même lorsqu’elles ne disposent que de moyens modestes, a affirmé Angela Merkel jeudi, à Berlin. La chancelière a profité du 65e anniversaire de la Fédération des entrepreneuses allemandes pour exhorter les entreprises à promouvoir les femmes aux postes à responsabilités bien plus vigoureusement. « On ne peut pas faire des affaires sans les femmes, du moins pas réussir durablement », a-t-elle souligné.
 

Angela Merkel lors du 65e anniversaire de la Fédération des entrepreneuses allemandes : on ne peut pas réussir en affaires sans les femmes, « du moins pas durablement ».
Angela Merkel lors du 65e anniversaire de la Fédération des entrepreneuses allemandes : on ne peut pas réussir en affaires sans les femmes, «  du moins pas durablement  ».© Gouvernement fédéral/ Münch

La chancelière a déploré une situation « toujours déprimante pour les femmes dans les directions » des grandes entreprises. Elles ne représentent que 8,5 % du personnel de direction des 100 premières capitalisation boursières du pays, malgré l’obligation faite à ces entreprises de se fixer des objectifs en matière de parité. « Vous n’imaginez pas combien d’entreprises se contentent de nous renvoyer la mention : ‘objectif de progression : zéro.’ », a-t-elle dit. « Je dois dire que cela confine à une attitude de refus ».

Dans ces conditions, elle menace de durcir le ton. « J’espère vraiment que les choses se feront d’elles-mêmes et que nous n’allons pas devoir réglementer chaque détail ». Mais « si les entreprises continuent à afficher un objectif de progression zéro, il nous faudra le sanctionner d’une manière ou d’une autre ».

L’expérience a, en effet, montré que la contrainte payait. Les quotas imposés depuis 2015 ont permis d’atteindre une proportion de femmes de 30 % dans les conseils de surveillance de ces mêmes grandes entreprises allemandes.

Aller vers la parité dans tous les domaines

Un siècle après l’institution du droit de vote des femmes (1919) et 70 ans après l’inscription de l’égalité juridique entre les femmes et les hommes dans la Constitution, l’Allemagne reste éloignée de la parité réelle. La proportion de femmes dans les conseils de surveillance des grandes entreprises reste inférieure à la moyenne européenne (34 %), selon l’Office allemand des statistiques (destatis). Et l’écart de salaire entre les sexes (21 %) peine à se réduire.

Mais les choses évoluent dans le bon sens. « Je suis fermement convaincue » que la place des femmes dans l’économie va continuer à progresser, a d’ailleurs souligné Angela Merkel.

La chancelière appelle la société à aller vers plus de parité dans tous les domaines : pourcentage de jeunes filles dans les filières d’études scientifiques, promotion de l’entreprenariat au féminin et notamment de la création de start-up, promotion des femmes au sein des universités, mais aussi création d’un cadre propice à l’épanouissement des femmes la double sphère professionnelle et familiale.

Son gouvernement mène depuis plusieurs années une politique active en ce sens. Il  a adopté un vaste éventail de mesures et d’incitations : allocations parentales, assouplissement du temps de travail, promotion d’un rééquilibrage des rôles au sein du foyer, etc. Il s’est aussi fixé pour objectif d’atteindre la parité aux postes de direction de la haute fonction publique à l’horizon 2025, afin d’en faire un modèle.

Les premiers résultats sont visibles. En dix ans (2007-2017), la proportion de femmes tirant principalement leurs revenus de leur travail a, par exemple, augmenté de sept points (à 72 %) chez les 25-54 ans et de 21 points chez les 55-64 ans (à 57 %).

A.L.

Plus d’informations :

La chancelière Angela Merkel à l’assemblée annuelle de la Fédération des entrepreneuses allemandes (Office de presse et d'information du gouvernement fédéral, en allemand)
Le discours de la chancelière (en allemand)
Fédération des entrepreneuses allemandes (VdU) (en allemand)
Les femmes dans le monde du travail (Ministère allemand de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse, en allemand/ anglais)

Retour en haut de page