Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Le gouvernement allemand table sur une croissance de 1 % en 2019

« Les risques, surtout venant de l’environnement extérieur, se sont accrus », a diagnostiqué Peter Altmaier, ministre allemand de l’Économie, mercredi en présentant ses prévisions de croissance pour 2019

« Les risques, surtout venant de l’environnement extérieur, se sont accrus », a diagnostiqué Peter Altmaier, ministre allemand de l’Économie, mercredi en présentant ses prévisions de croissance pour 2019, © dpa

30.01.2019 - Article

Le ministre de l’Économie, Peter Altmaier, a présenté ce mercredi son Rapport économique annuel. L’économie allemande va bien, mais elle devrait croître à un rythme un peu plus lent cette année en raison des incertitudes du contexte extérieur (Brexit, conflits commerciaux).

Le navire continue d’avancer grâce à un moteur interne solide, mais il y a moins de vent pour gonfler les voiles. Telle est à peu près la situation de l’économie allemande en ce début d’année 2019, selon le Rapport économique annuel du gouvernement allemand. Le document a été adopté ce matin en Conseil des ministres, puis présenté par le ministre de l’Économie, Peter Altmaier. Il prévoit une année de croissance ralentie (1 %) par les incertitudes du contexte international.

Évolution du taux de croissance allemand
Évolution du taux de croissance allemand© Allemagne Diplomatie/ A. Lefebvre

Le flou entourant le Brexit, les conflits commerciaux et l’environnement fiscal international pèsent sur les anticipations des entreprises, a expliqué M. Altmaier. Mais il ne faut pas noircir le tableau. « L’économie allemande reste sur une trajectoire de croissance pour la dixième année consécutive. C’est la phase de croissance ininterrompue la plus longue depuis 1966, et un signe de la productivité de notre économie sociale de marché ».

Chômage en baisse, salaires en hausse

L’Allemagne peut, en effet, se reposer sur la bonne santé de son économie. La demande intérieure ronronne grâce à un chômage au plus bas (5,2 % en 2018, 4,9 % prévus pour 2019), indique le rapport. Les revenus des ménages augmentent et devraient continuer à le faire en 2019 (+4,8 % attendus).

Quant à la dette, elle a fondu ces dernières années. Pour la première fois depuis 2002, elle devrait repasser cette année sous la barre des 60 % du produit intérieur brut (PIB) et rentrer dans les clous du traité de Maastricht.

Dans ces conditions, M. Altmaier donnera deux ambitions principales à sa politique économique : soulager fiscalement les entreprises et les ménages pour soutenir la croissance et investir massivement dans les technologies d’avenir, en particulier l’intelligence artificielle et les batteries.

Concrètement, il présentera dans les six mois qui viennent un projet de loi visant à créer un crédit d’impôt recherche pour les entreprises.

Et il engagera la première étape de la suppression de l’abolition de la taxe de solidarité (Solidaritätszuschlag). Cette taxe, qui finance le soutien aux nouveaux länder depuis le début des années 1990, devrait ainsi disparaître pour 90 % des contribuables.

A.L.

Plus d’informations :

Ministère allemand de l'Économie et de l'Énergie (en allemand)
Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand)

Retour en haut de page