Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

 Argent ou temps libre ? Les choix des salariés

Travailleurs postés, parents ou aidants d’une personne dépendante : 260 000 salariés de la métallurgie et de l’électronique ont renoncé à une augmentation de salaire en 2019 pour obtenir plus de temps libre.+

Travailleurs postés, parents ou aidants d’une personne dépendante : 260 000 salariés de la métallurgie et de l’électronique ont renoncé à une augmentation de salaire en 2019 pour obtenir plus de temps libre.+, © dpa/pa

23.01.2019 - Article

Appelés à choisir pour la première fois entre une prime et un surcroît de vacances, 260 000 salariés de la métallurgie ont choisi la seconde Option.

Argent ou temps libre : qu’allaient choisir les salariés ? Un an après la signature d’une convention collective qui leur permettait pour la première fois de choisir entre une prime équivalant à 27,5 % de leur salaire mensuel ou huit jours de congé supplémentaires, les salariés allemands de la métallurgie et de l’électronique n’ont pas hésité à opter pour la seconde option. Ils sont 260 000 à avoir fait ce choix pour 2019 dans 2 600 entreprises, selon un sondage du syndicat IG Metall. 93 % de ces demandes ont pu être satisfaites.

Tendance de fond

Nous avons rencontré un écho énorme », se félicitait Jörg Hoffmann dès les premières remontées, au mois de novembre. Le patron d’IG Metall, premier syndicat d’Allemagne avec 2,27 millions d’affiliés, estime que la mesure a permis de révéler une tendance de fond, de « toucher un marqueur de l’époque ».

Sans surprise, ce sont les travailleurs postés, les parents et les personnes s’occupant d’un proche dépendant qui ont été les plus enclins à choisir d’augmenter leur temps libre. Chez les travailleurs postés, la proportion atteindrait même 70 % à 80 %, selon les informations recueillies en novembre. 

Cette convention collective d’un nouveau genre avait d’abord vu le jour en février 2018 dans le Bade-Wurtemberg avant d’être étendue à toute l’Allemagne. Elle prévoit également une autre option novatrice qui a fait recette : la possibilité de réduire la durée hebdomadaire d’un travail à temps plein de 35 à 28 heures (avec réduction de salaire), puis de repasser à 35 heures.

A.L.

 

Retour en haut de page