Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

2018, une année faste pour l’emploi en Allemagne

2018, une bonne année pour l’emploi en Allemagne

2018, une bonne année pour l’emploi en Allemagne, © Allemagne Diplomatie/ A. Lefebvre

07.01.2019 - Article

Avec un nombre de chômeurs au plus bas, un nombre d’actifs record et une forte diminution du chômage de longue durée, 2018 a été une excellente année sur le marché du travail allemand. En 2019, le pays sera plus que jamais à la recherche de main-d’œuvre.

8 % de demandeurs d’emploi de moins qu’en 2017, près de 10 % de chômeurs de longue durée réinsérés, une forte hausse de l’emploi classique et un nombre d’actifs record : c’est le bilan de l’année 2018 sur le marché du travail allemand. « Une très bonne année » pour l’emploi, s’est félicité le ministre du Travail et des Affaires sociales, Hubertus Heil. Le taux de chômage (5,2 % sur l’ensemble de l’année) était inférieur à 5 % en décembre.

Le chômage de longue durée en baisse

Quel que soit l’indicateur retenu, le diagnostic est le même : le marché du travail allemand ne s’était jamais aussi bien porté depuis près de 30 ans. Le nombre de demandeurs d’emploi (2,34 millions en moyenne sur l’année, 2,21 millions au mois de décembre) est en recul de 193 000 sur un an.

La moitié de cette baisse s’explique par la réduction du chômage de longue durée (- 87 000 personnes au chômage depuis plus d’un an). Ce dernier ne touchait plus, en 2018, « que » 813 000 personnes en moyenne. Selon le président de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA), Detlev Scheele, le nombre de bénéficiaires du minimum social Hartz IV est d’ailleurs passé sous la barre des trois millions en novembre dernier. Une première depuis sa création en 2005.

Quant aux réfugiés, ils trouvent aussi à s’insérer. 300 000 ressortissants syriens, afghans, érythréens, irakiens, iraniens, nigérians, pakistanais et somaliens ont réussi à accéder à un emploi stable en 2018. C’est 95 000 de plus qu’en 2017.

Évolution du chômage et du nombre d’actifs occupés sur cinq ans en Allemagne
Évolution du chômage et du nombre d’actifs occupés sur cinq ans en Allemagne© Allemagne Diplomatie/ A.Lefebvre

Un autre signe montre qu’il ne s’agit pas d’une embellie passagère. C’est le fait que ces chiffres ne s’expliquent pas par la multiplication de « petits boulots » mais par la création d’emplois « classiques » (soumis aux charges sociales). Leur nombre a augmenté d’environ 700 000 (selon les chiffres d’octobre, les derniers disponibles) pour atteindre 33,5 millions. L’emploi précaire et le nombre d’indépendants ont, en revanche, baissé en 2018 de même que le sous-emploi (3,286 millions de personnes), en recul de 6,6 %.

Des postes à pourvoir en grand nombre

Ce dynamisme se reflète encore dans la hausse du nombre d’actifs occupés, qui a atteint le chiffre record de 44,83 millions (+1,3 % sur un an), ainsi que dans le nombre d’offres d’emploi disponibles (796 000 en moyenne, en hausse de 7,6 %), resté élevé tout au long de l’année. Les secteurs qui ont le plus embauché sont la métallurgie et l’électronique, les services qualifiés aux entreprises, le transport et la logistique ainsi que le secteur médico-social et l’aide à la personne.

Bref, l’Allemagne manque plus que jamais de bras et de cerveaux. Et cela ne devrait pas changer en 2019 malgré le ralentissement attendu de la croissance. De nouvelles lois viennent d’ailleurs d’entrer en vigueur pour créer un marché du travail social (apte à remettre le pied à l’étrier à d’autres chômeurs de longue durée), pour ouvrir davantage le pays à la main-d’œuvre étrangère qualifiée et pour aider les entreprises entraînées par la révolution numérique à former leurs salariés.

A.L.

Plus d’informations :

Agence fédérale pour l'emploi (BA) (en allemand)
Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)
Ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales (en allemand)

Retour en haut de page