Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Croissance : un creux passager, selon la Bundesbank

Les difficultés d’adaptation des constructeurs allemands aux nouvelles normes européennes en matière de tests anti-pollution n’ont freiné la croissance que temporairement, estime la Bundesbank

Les difficultés d’adaptation des constructeurs allemands aux nouvelles normes européennes en matière de tests anti-pollution n’ont freiné la croissance que temporairement, estime la Bundesbank, © SVEN SIMON

20.11.2018 - Article

Après un ralentissement durant l’été, la croissance devrait repartir avec vigueur à la fin de l’année, prévoit la banque centrale Allemande.

Accident ou tendance de fond ? Pour la première fois depuis trois ans et demi, l’Allemagne a enregistré une croissance légèrement négative (- 0,2 %) au troisième trimestre. Un trou d’air passager, estime la Bundesbank. « L’économie allemande devrait renouer avec une forte dynamique d’expansion à la fin de l’année », affirme-t-elle dans son dernier rapport mensuel, publié lundi 19 novembre.

La banque centrale allemande impute le creux estival à des phénomènes inhabituels ayant touché l’automobile, l’un des piliers de l’industrie allemande. « La mise en place d’une procédure de tests d’émission [anti-pollution] à l’échelle européenne a causé d’importants problèmes qui se sont traduits par de fortes baisses de la production », écrivent-ils. « Si l’on fait abstraction de ces effets temporaires, l’essor économique se poursuit ».

Les tests d’émission RDE (pour « Real Driving Emissions », tests plus fiables dans des conditions de conduite réelles) et WLTP (pour « World Harmonised Light Vehicle Test Procedure », tests en laboratoire amélioré) sont obligatoires dans l’Union européenne (UE) depuis le 1er septembre 2017 pour les nouveaux modèles de voitures.

Freins à la consommation des ménages

La Bundesbank prévoit une reprise de la consommation, ne serait-ce qu’en raison de la faiblesse historique du chômage
La Bundesbank prévoit une reprise de la consommation, ne serait-ce qu’en raison de la faiblesse historique du chômage© PA Wire

Or, en Allemagne, les nouveaux modèles n’ont pas tous reçu l’autorisation d’immatriculation à temps. Les constructeurs ont donc été contraints de réduire leur production. Avec pour résultats une baisse des exportations de voitures et un reflux des ventes de véhicules en Allemagne.

À cela se sont ajoutés la sécheresse et la canicule, qui ont fait plonger les ventes de vêtements et de chaussures, et la forte hausse des prix de l’énergie, qui a pesé sur la consommation des ménages.

La Bundesbank assure toutefois que le phénomène est passager. Ne serait-ce qu’en raison de la faiblesse historique du chômage qui soutient le pouvoir d’achat, la consommation et partant la croissance.

A.L.

Plus d’informations :

Rapport mensuel de la Bundesbank (en allemand)

Retour en haut de page