Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Plus d’argent ou plus de congés ? Les salariés allemands ont fait leur choix

190 000 salariés de la métallurgie et de l’électronique ont déjà fait leur choix comme le leur permet un accord de février 2018 : ils préfèrent bénéficier de huit jours de congé supplémentaires en 2019 plutôt que d’une augmentation de salaire, selon le syndicat IG Metall

190 000 salariés de la métallurgie et de l’électronique ont déjà fait leur choix comme le leur permet un accord de février 2018 : ils préfèrent bénéficier de huit jours de congé supplémentaires en 2019 plutôt que d’une augmentation de salaire, selon le syndicat IG Metall, © dpa

13.11.2018 - Article

Chemins de fer, métallurgie : de plus en plus d’entreprises allemandes proposent à leurs salariés de choisir entre l’augmentation de leur salaire et celle de leur temps libre. Une tendance se dessine.

Plus d’argent ou plus de congés ? De plus en plus d’entreprises allemandes donnent le choix à leurs salariés. C’est le cas, depuis cette année, de la compagnie de chemin de fer Deutsche Bahn. C’est également le cas des entreprises de la métallurgie et de l’électronique qui ont signé un accord de branche en ce sens pour l’année prochaine. Avec quels résultats ? Selon les premiers retours, une tendance se dessine assez clairement en faveur du temps libre.

Dans la métallurgie et l’électronique, 190 000 salariés ont choisi pour 2019 de renoncer à une augmentation de salaire pour bénéficier de huit jours de congé supplémentaires, a fait savoir hier IG Metall. Le syndicat a épluché la moitié des votes dans les entreprises. Il a constaté que la plupart des travailleurs à vouloir moins travailler sont les travailleurs postés (140 000). Mais beaucoup font également ce choix pour s’occuper de leurs enfants (40 000) ou d’un proche dépendant (10 000).

Nous avons rencontré un écho énorme », se félicite le patron d’IG Metall, Jörg Hoffmann. « Nous avons vraiment touché un marqueur de l’époque ».

Depuis cette année, la compagnie de chemin de fer allemande Deutsche Bahn permet à ses salariés de choisir entre une hausse de leur rémunération et une augmentation de leur temps libre. 56 % ont opté pour davantage de loisir
Depuis cette année, la compagnie de chemin de fer allemande Deutsche Bahn permet à ses salariés de choisir entre une hausse de leur rémunération et une augmentation de leur temps libre. 56 % ont opté pour davantage de loisir© dpa

À la Deutsche Bahn, on fait le même constat. L’année dernière, la compagnie de chemin de fer a offert pour 2018 une alternative comparable à ses salariés. Eux aussi ont eu tendance – à 56 % - à préférer un surcroît de temps libre. Ils ont bénéficié cette année de six jours de congé supplémentaires, alors que 41 % choisissaient une augmentation de salaire de 2,62 % et 2,6 % une réduction de 39 à 38 heures de la durée de travail hebdomadaire. 63 % des femmes et 54 % des hommes ont ainsi préféré les jours de congés en plus.

« Cela correspond au besoin de nos salariés quant à l’assouplissement des conditions de travail », notait à l’époque le chef du personnel de l’entreprise, Ulrich Weber. C’est une tendance de fond. Au sein du gouvernement, les ministères de la Famille et du Travail planchent d’ailleurs depuis longtemps sur les moyens d’améliorer la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. En 2019, un « temps de travail passerelle » verra même le jour pour permettre aux salariés de réduire temporairement leur temps de travail.

Reste à savoir ce qu’en pensent les entreprises. Offrir de bonnes conditions de travail à leurs salariés peut être un atout pour attirer la main-d’œuvre qualifiée qu’elles peinent à recruter. Mais si les mesures de réduction de la durée du travail ont trop de succès auprès des salariés, elles constatent que la médaille peut avoir son revers. Surtout quand les carnets de commandes sont pleins.

A.L.

Plus d’informations :

IG Metall : 190 000 salariés de la métallurgie et de l'électronique optent pour des jours de congés supplémentaires plutôt que pour de l'argent (en allemand)

Deutsche Bahn : le modèle de libre choix (argent ou temps libre) proposé par la compagnie de chemin de fer allemande et le choix des salariés (en allemand)

Ministère allemand de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse : la famille dans le monde du travail (en allemand)

Ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales : à partir de 2019, les salariés allemands pourront adapter provisoirement leur temps de travail grâce au « temps partiel passerelle » (en allemand)

Retour en haut de page