Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Acier : les régions productrices s’allient

L’acier est une industrie d’avenir qu’il faut soutenir : tel est le message envoyé hier à Berlin et à Bruxelles par les six länder allemands qui en produisent

L’acier est une industrie d’avenir qu’il faut soutenir : tel est le message envoyé hier à Berlin et à Bruxelles par les six länder allemands qui en produisent, © JOKER

23.10.2018 - Article

Les gouvernements des six länder allemands producteurs d’acier ont forgé hier une alliance pour mieux défendre la compétitivité de la production allemande et européenne.

Les aciéries demandent notamment à ne pas être soumises à des normes trop lourdes en matière d’environnement. La charte signée rappelle notamment que l’acier est un matériau indispensable pour aller vers un monde faiblement émetteur de CO2
Les aciéries demandent notamment à ne pas être soumises à des normes trop lourdes en matière d’environnement. La charte signée rappelle notamment que l’acier est un matériau indispensable pour aller vers un monde faiblement émetteur de CO2© blickwinkel

La Sarre et la Rhénanie-du-Nord-Westphalie à l’ouest, le Brandebourg à l’est, la Basse-Saxe, Hambourg et Brême au nord : les six länder allemands producteurs d’acier ont décidé de s’allier. Leurs gouvernements ont signé une charte commune hier à Sarrebruck à l’occasion du premier sommet national sur l’acier. Leur objectif est d’« unir [leurs] forces pour promouvoir un site industriel fort pour l’avenir en Allemagne, et au-delà en Europe », a déclaré la ministre de l’Économie de la Sarre, Anke Rehlinger.

La charte commune vise à développer une approche stratégique concertée à l’heure où les producteurs d’acier voient les défis se multiplier : surproduction mondiale et concurrence de l’acier asiatique, taxes douanières américaines, accroissement des contraintes liées à la protection du climat, en particulier l’augmentation à venir du prix des émissions de CO2. Elle se veut aussi un signal adressé à Berlin et à Bruxelles. Les signataires davantage de soutiens des pouvoirs publics, et davantage d’aides pour défendre la compétitivité de l’acier allemand et européen.

Défendre la compétitivité de l’acier européen

Le monde continue à produire beaucoup trop d’acier, dénonce ainsi la fédération patronale Wirtschaftvereinigung Stahl. Cela tient en partie à ce que des pays comme la Chine multiplient les subventions en faussant la concurrence. Pour les fabricants allemands, il convient de protéger l’acier européen de la concurrence de l’acier à bon marché étranger tant que les règles de l’Organisation mondiale du commerce ne changent pas. Et cela est d’autant plus urgent que les taxes douanières imposées par les États-Unis à l’acier européen produisent leurs effets délétères en réorientant la production vers d’autres régions du monde.

Financer l’innovation

C’est un paradoxe, a ajouté Tobias Hans, ministre-président de la Sarre : l’acier européen, qui est plus propre que d’autres, doit se soumettre en matière d’environnement à des normes sévères qui le mettent à genoux. Cela encourage la délocalisation de la production vers des pays comme la Chine et l’Inde où la production pollue davantage.

Les producteurs européens redoutent en particulier la réduction du nombre de permis d’émissions de CO2. Prévue à partir de 2021, elle devrait engendrer pour eux un surcoût important. Sans compter la perspective de la sortie du charbon, qui risque de renchérir le prix de l’électricité. Autant d’argent qui manquera pour investir dans des installations propres et dans l’innovation, arguent-ils en réclamant davantage d’aides de l’État.

À Berlin, l’initiative semble avoir trouvé un écho comme en témoigne à Sarrebruck la présence du chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, et du ministre allemand de l’Économie et de l’Énergie, Peter Altmaier, tous deux Sarrois d’origine. « L’acier n’a pas sa place au musée, l’acier est l’avenir », a déclaré M. Maas, lui-même ancien ministre de l’Économie de la Sarre.

A.L.

Plus d’informations :

Discours du ministre allemand de l'Économie et de l'Énergie, Peter Altmaier (extrait vidéo en allemand)

Retour en haut de page