Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne renforce sa coopération avec l’Asie du Sud-Est

L’ambassadeur d’Allemagne auprès de l’ASEAN, Peter Schoof, lors de la cérémonie de la signature du traité à Bangkok (le 2 novembre 2019)

L’ambassadeur d’Allemagne auprès de l’ASEAN, Peter Schoof, lors de la cérémonie de la signature du traité à Bangkok (le 2 novembre 2019), © Ministère fédéral des Affaires étrangères

05.11.2019 - Article

Avec la signature du traité d’amitié et de coopération en Asie du Sud-Est (TAC) le 2 novembre 2019, le gouvernement fédéral renforce ses relations avec l’ASEAN.

Le « Treaty of Amity and Cooperation » datant de 1976 constitue le fondement de la coopération en et avec l’Asie du Sud-Est, sur la base des principes du dialogue, d’une coopération empreinte de confiance et du règlement pacifique des conflits. C’est aussi le fondement de l’ASEAN, l’organisation œuvrant à l’intégration régionale, au multilatéralisme et à un ordre fondé sur des règles en Asie du Sud-Est. Les dix membres de l’organisation régionale créée le 8 août 1967 sont le Brunéi Darussalam, le Cambodge, l’Indonésie, la République démocratique populaire lao, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Viet Nam. Ces pays qui comptent plus de 600 millions de personnes représentent un espace économique dynamique.

Samedi dernier, l’Allemagne a signé le traité d’amitié et de coopération en Asie du Sud-Est en marge du sommet de l’ASEAN à Bangkok, renforçant ainsi sa coopération avec l’ASEAN et ses pays membres tout en multipliant ses relations avec l’Asie dans son ensemble.

L’UE et l’ASEAN, des partenaires naturels sur les grands dossiers mondiaux

L’ASEAN et l’UE promeuvent l’équilibre pacifique des intérêts ainsi que la coopération dans leur région respective et s’engagent en faveur d’un libre-échange fondé sur des règles et d’un ordre international multilatéral se basant lui aussi sur des règles. Au cœur de cet engagement commun se trouve la conviction que les grands défis mondiaux de notre époque – l’organisation de la mondialisation, le changement climatique et les questions commerciales – ne pourront être relevés qu’en agissant ensemble. L’ASEAN et l’UE cultivent un partenariat de dialogue étroit depuis plus de 40 ans. Depuis 2016, l’Allemagne est le premier pays de l’UE à avoir engagé un partenariat au développement avec l’ASEAN.

Rapprochement des espaces économiques

L’UE et l’ASEAN unissent leurs efforts, notamment sur les questions commerciales, et s’engagent en faveur d’un libre-échange fondé sur des règles. Pour faciliter davantage les échanges entre les pays de l’ASEAN, une région dynamique sur le plan économique, et l’Europe, l’UE négocie actuellement un accord de libre-échange avec plusieurs pays membres de l’ASEAN. L’entrée en vigueur d’un accord de libre-échange avec Singapour est imminente. Un tel accord vient également d’être signé avec le Viet Nam. À long terme, l’UE et l’ASEAN ont pour objectif ambitieux le libre-échange entre l’ensemble des pays de ces deux espaces économiques. Les normes européennes élevées en matière de protection des consommateurs et de durabilité restent garanties.

Une lutte commune contre le changement climatique

Du fait de son immense littoral et de ses dizaines de milliers d’îles, l’Asie du Sud-Est est particulièrement touchée par le changement climatique. Beaucoup de pays de l’ASEAN subissent chaque année les conséquences de violentes tempêtes et raz-de-marée. La protection du climat revêt donc une importance primordiale pour les pays d’Asie du Sud-Est. L’ASEAN et l’UE partagent également de nombreux intérêts communs en matière de politique climatique et coopèrent pour faire face aux effets du changement climatique.

Retour en haut de page