Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Europe United : l’Allemagne et la Hongrie, un étroit partenariat économique et scientifique et des échanges de jeunes

Budapest en fin de journée

Budapest en fin de journée, © dpa/Picture Alliance - blickwinkel

30.10.2019 - Article

Les jeunes scientifiques allemands et hongrois coopèrent de plus en plus – un signal fort pour les relations économiques étroites entre les deux pays.

L’économie et le commerce jouent depuis longtemps un rôle majeur dans les relations germano-hongroises : cette année, la Hongrie a même dépassé la Russie dans ses échanges commerciaux avec l’Allemagne, et ce, malgré un marché relativement restreint. Le mythe selon lequel la Hongrie serait l’« atelier » de l’Ouest appartient au passé : les coopérations scientifiques avec la Hongrie sont recherchées, tout particulièrement avec les jeunes entreprises, comme le montre la création du centre d’excellence germano-hongrois EPIC Innolabs. « Europe United » signifie aussi créer ensemble de nouveaux emplois, veiller à offrir la meilleure formation possible et ouvrir de nouvelles perspectives aux jeunes.

Coopération scientifique sur un pied d’égalité

Dávid Gyulai chez EPIC InnoLabs
Dávid Gyulai chez EPIC InnoLabs© Ambassade d'Allemagne, Budapest

Dávid Gyulai est un spécialiste de l’analyse des données industrielles chez EPIC Innolabs à Budapest, une nouvelle entreprise commune de la Fraunhofer-Gesellschaft et de l’Institut de recherche hongrois en informatique et en automatique SZTAKI. Déjà durant ses études, il participe en 2010 à la création d’un centre de projets Fraunhofer à Budapest. Il est l’un des nombreux exemples du succès de la coopération scientifique entre la Hongrie et l’Allemagne. Selon lui, « les jeunes scientifiques coopèrent avec les partenaires allemands sur un pied d’égalité et se complètent parfaitement dans leur travail ». Ils ont des échanges réguliers, notamment dans le cadre d’ateliers de projet qui ont lieu en Hongrie ou en Allemagne.

Le centre d’excellence EPIC prouve également que l’UE a l’effet d’un catalyseur pour de telles coopérations : la longue coopération très étroite qui existe en matière de recherche entre la Fraunhofer-Gesellschaft et la SZTAKI a été récompensée en 2016 dans le cadre du programme Horizon 2020 de l’UE pour la recherche et l’innovation. Après avoir déjà fondé en 2010 un centre de projets à Budapest, les deux organismes ont reçu un soutien substantiel de l’UE d’un montant de 11 millions d’euros pour créer EPIC.

Aborder ensemble les thèmes d’avenir

L’Allemagne et la Hongrie souhaitent mettre à la disposition de l’industrie pour la production et la logistique ses recherches et développements reconnus au niveau international et établir un centre régional pour la numérisation industrielle et l’industrie 4.0. En liaison avec le projet EPIC, plus de 40 instituts de recherche et entreprises ont créé la plateforme hongroise pour l’industrie 4.0 inspirée du modèle allemand. Ils ont par exemple l’intention de diffuser encore davantage la technologie numérique, d’aider à adopter les meilleures pratiques européennes, venant principalement d’Allemagne, et de fournir des conseils pour réformer les formations spécialisées en Hongrie.

Dans le cadre de sa présidence du Conseil à partir de juillet 2020, l’Allemagne se concentrera notamment sur la numérisation et l’industrie 4.0 pour accroître en Europe le nombre de jeunes comme Dávid Gyulai qui participent à la recherche en réseau. La chancelière Angela Merkel et le premier ministre Viktor Orbán ont fondé un « groupe de travail Innovation » qui aura vocation à renforcer davantage la coopération dans ce domaine essentiel. Le dialogue est d’autant plus important en cas de divergences d’opinion. L’Allemagne est convaincue que la liberté de la science est une condition de l’innovation et qu’elle fait partie intégrante d’une société libre. Après le déménagement d’une grande partie de l’Université d’Europe centrale de Budapest à Vienne, à la suite d’une loi hongroise adoptée en 2017, et la restructuration de l’Académie des sciences cette année, la Hongrie a été critiquée au niveau international.

La jeunesse agit et ne se contente pas de parler

Les échanges entre les jeunes Allemands et Hongrois sont réguliers et déterminés. Par exemple en septembre dernier, plus de 120 jeunes des deux pays ont rencontré des représentants allemands et hongrois de haut niveau du monde politique, économique et syndical dans le cadre de la troisième édition du Forum germano-hongrois organisé par le ministère fédéral des Affaires étrangères, l’Université Andrássy de Budapest et l’Office germano-hongrois pour la jeunesse.

Les discussions des jeunes ont porté sur les conditions de travail modernes dans un monde interconnecté, le rôle que devrait y jouer l’Europe et les influences positives de l’innovation sur le climat et vice versa. En étant connectés, les jeunes peuvent aujourd’hui s’impliquer davantage, ils peuvent débattre plus vite des changements économiques et scientifiques rapides et développer eux-mêmes de nouvelles idées. Ils partagent ainsi une culture citoyenne européenne où il va de soi d’échanger au-delà des frontières sur des questions communes.

Retour en haut de page