Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La tête dans le cloud, les pieds sur terre

L’économie des plateformes est au menu du Sommet allemand sur le numérique qui se tenait hier et aujourd’hui à Dortmund

L’économie des plateformes est au menu du Sommet allemand sur le numérique qui se tenait hier et aujourd’hui à Dortmund, © dpa

29.10.2019 - Article

Un ambitieux projet de cloud européen baptisé Gaia-X a été présenté ce mardi à Dortmund. Il vise à améliorer la souveraineté des données en Europe, où les entreprises sont encore souvent dépendantes des géants basés aux États-Unis.

À qui confier ses données pour les enregistrer à long terme, mettre en réseau deux usines ou analyser des masses de données grâce à l’intelligence artificielle ? Les entreprises européennes, et notamment les PME, n’ont souvent pas d’autre choix que de faire confiance aux services de géants étrangers, au premier rang desquels figurent les Américains Amazon, Microsoft et Google, et le Chinois Alibaba. À l’heure où les données deviennent une matière première essentielle de l’économie, le ministre allemand de l’Économie et de  l’Énergie, Peter Altmaier, veut changer les choses. Il a présenté ce mardi à Dortmund un ambitieux projet de cloud européen.

Les données, clés de l’économie de demain

En Europe, « les entreprises ont le besoin urgent de disposer d’une infrastructure qui leur assure à la fois la souveraineté et l’accessibilité de leurs données, et qui leur garantissent en même temps un haut niveau de sécurité », a expliqué le ministre lors d’un vaste Sommet sur le numérique. « La souveraineté et l’accessibilité des données sont la clé de l’innovation ».

Le projet est baptisé « Gaia-X ». Il consiste à « construire une infrastructure de données européenne, à la fois souveraine et ouverte », comme l’expliquent ses concepteurs dans un document du ministère allemand de l’Économie.

Gaia-X, futur cloud européen

Coursier à Berlin
Coursier à Berlin© dpa

Il ne s’agit pas de créer un nouveau géant du numérique, en concurrence directe avec les Américains et les Chinois, a précisé M. Altmaier. L’idée est de faire émerger un réseau « décentralisé » de plateformes virtuelles (clouds) et de services associés.

Gaia-X doit devenir « le berceau d’un écosystème numérique ouvert ». Il a vocation à accueillir d’aussi larges pans de l’économie et de la société que possible comme les multinationales, les PME, les start-up, les services de l’État, les institutions de recherche.  

Le projet a d’ailleurs été élaboré en concertation avec de nombreux partenaires. Plusieurs grandes entreprises allemandes (Siemens, Deutsche Bank, Deutsche Telekom) y ont été étroitement associées, de même que le syndicat IG Metall et les services de la ministre de l'Éducation et de la Recherche, Anja Karliczek.

Vision franco-allemande

Concept à vocation européenne, il également fait l’objet d’un dialogue intense entre Berlin et Paris. Les ministres de l’Économie, Peter Altmaier et Bruno Le Maire, ont évoqué le sujet le 19 septembre à Paris, lors d’un conseil économique et financier franco-allemand, puis le 17 octobre à Toulouse, dans le cadre du conseil des ministres franco-allemand, rapporte le « Handelsblatt ».

Selon le quotidien allemand, « la vision de l’Allemagne et de la France est de bâtir une offre de cloud européen pour rendre à l’Europe sa souveraineté au lieu d’être sous la dépendance de groupes américains spécialistes du stockage, du traitement et de l’analyse d’énormes masses de données. Il y a, derrière cette ambition, la crainte de voir des lois comme l’US-Cloud-Act mettre en péril la sécurité des données en Europe ». Depuis 2018, cette législation américaine autorise, en effet, les autorités à Washington à se saisir de données recueillies par les opérateurs américains hors des États-Unis.

A.L.

Plus d’informations :

Ministère allemand de l'Économie et de l'Énergie (en allemand et anglais)
Document : le projet Gaia-X (en allemand)
Document : la souveraineté numérique dans le contexte des écosystèmes basés sur des plateformes« (en allemand et anglais)
Site web du Sommet sur le numérique (en allemand et anglais)
Site web de la Fédération allemande des entreprises du numériques Bitkom (en allemand et anglais)

Retour en haut de page