Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Iran, Turquie et migrations au menu du Conseil des affaires étrangères de l’UE

Le ministre adjoint chargé des Affaires européennes, Michael Roth, au Conseil des affaires étrangères à Bruxelles

Le ministre adjoint chargé des Affaires européennes, Michael Roth, au Conseil des affaires étrangères à Bruxelles, © consilium.europa.eu

16.07.2019 - Article

Lors de la réunion des ministres européens des affaires étrangères, le ministre adjoint Michael Roth a plaidé pour une action rapide dans les questions migratoires et une position unie de l’Union européenne concernant l’Iran et les activités de forage de la Turquie en Méditerranée.

Le thème des migrations figurait en tête de l’ordre du jour de la session étant donné notamment la reprise des discussions sur la répartition des réfugiés sauvés en Méditerranée au cours des dernières semaines. Le ministre adjoint chargé des Affaires européennes, Michael Roth, insiste pour envoyer un message clair :

Il faut mettre un terme à la situation tragique en Méditerranée. Tous les pays qui sont prêts à se montrer solidaires doivent à présent s’accorder rapidement pour que nous puissions aboutir à une solution humaine.

Cela nécessite d’établir un mécanisme d’urgence pour assurer la sécurité des réfugiés et ne pas laisser les pays limitrophes se débrouiller seuls. La proposition soumise par l’Allemagne concernant un mécanisme ad hoc temporaire stable de débarquement et de répartition des naufragés est sur la table, et le gouvernement fédéral est prêt à y participer.

Iran : unité de l’UE et désescalade

Concernant l’accord sur le nucléaire iranien, l’Union européenne assume une responsabilité toute particulière. À Bruxelles, Michael Roth a rappelé avec insistance que l’Iran devait respecter pleinement le JCPoA. L’UE dit s’inquiéter des récentes tensions dans la région et du non respect par l’Iran de plusieurs de ses engagements pris dans le cadre du plan d’action global commun. Selon M. Roth, il est donc d’autant plus important que l’UE affiche son unité dans cette question et parle d’une seule voix. Pour l’Allemagne, il est surtout important maintenant de maintenir le dialogue et de contribuer à la désescalade.

Turquie et Chypre : l’UE affiche son unité

Les annonces faites par la Turquie concernant le lancement d’activités de forage au sud-est de la péninsule chypriote de Karpas préoccupent l’Allemagne. L’UE se tient solidaire aux côtés de Chypre dans cette question et considère ces activités de forage comme illégales. Le Conseil a discuté aujourd’hui des conséquences de l’action de la Turquie. L’Allemagne appelle la Turquie à éviter toute escalade et à renoncer à ses activités de forage. Les querelles doivent être réglées par le dialogue et dans le respect du droit international. Cet appel figure également dans les conclusions du Conseil de ce jour, de même que la remarque concernant les incidences négatives graves de cette action sur tout l’éventail des relations entre l’UE et la Turquie.

Retour en haut de page