Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

« La Russie doit rester membre du Conseil de l’Europe » : Heiko Maas est à la recherche de solutions

70 ans du Conseil de l’Europe : Heiko Maas s’entretient avec la presse

70 ans du Conseil de l’Europe : Heiko Maas s’entretient avec la presse, © Felix Zahn/photothek.net

20.05.2019 - Article

Le Conseil de l’Europe protège les défenseurs des droits de l’homme en Russie. Le ministre fédéral des Affaires étrangères s’engage pour que Moscou ne quitte pas l’Organisation.

Aujourd’hui, à l’occasion de la rencontre des ministres du Conseil de l’Europe, le chef de la diplomatie allemande plaide pour que la Russie reste dans l’Organisation.

La Russie doit rester membre du Conseil de l’Europe, avec tous les droits et obligations que cela comporte,

a-t-il déclaré lors de la rencontre à Helsinki. En marge de celle-ci, il s’entretiendra également à ce sujet avec son homologue russe Sergeï Lavrov.

La Russie menace de sortir de l’Organisation

Depuis 2017, Moscou est en retard dans le paiement de ses contributions. Si celles-ci ne sont pas versées prochainement, le pays perdra des droits de participation importants conformément aux règles du Conseil. Cet éloignement entre ce dernier et la Russie date de l’annexion de la Crimée en violation du droit international. L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe avait réagi à cette invasion illégale en suspendant le droit de vote de la délégation russe.

Objectif de médiation atteint

À Helsinki, Heiko Maas s’engage pour mettre fin au conflit au sein de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. L’objectif consiste à assurer que les droits de vote de la Russie au sein de l’Organisation soient maintenus. Parallèlement, il convient d’élaborer un nouveau mécanisme de sanction qui puisse être activé lorsqu’un État membre enfreint les principes du Conseil. À cet effet, un objectif important a été atteint : le Comité des ministres a indiqué dans une déclaration commune qu’il était souhaitable que toutes les délégations participent à l’élection du nouveau secrétaire général et des nouveaux juges de la Cour européenne des Droits de l’Homme. Par ailleurs, il a aussi souligné que tous les États membres doivent respecter leurs obligations, par exemple en ce qui concerne le paiement de leurs contributions.

Les défenseurs des droits de l’homme pourraient perdre leur protection

La sortie de Moscou du Conseil de l’Europe porterait un coup grave à la défense des droits de l’homme en Russie. Or c’est l’une des fonctions premières du Conseil de l’Europe : avec la Cour européenne des Droits de l’homme, il a créé un mécanisme de protection unique pour tous les citoyens des États membres à l’échelle mondiale. Les personnes estimant que leurs droits de l’homme ont été violés peuvent porter plainte devant la Cour.

Les États membres sont tenus d’appliquer les décisions de cette dernière. Avec ses décisions, elle a pu sans cesse renforcer considérablement et protéger l’engagement des défenseurs des droits de l’homme, notamment en Russie. Il est donc dans l’intérêt de l’Allemagne que Moscou reste membre du Conseil de l’Europe.

Retour en haut de page