Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

UE : à Sibiu, les 27 réfléchissent à l’avenir

La chancelière Angela Merkel au sommet européen informel de Sibiu (Roumanie), jeudi 9 mai 2019

La chancelière Angela Merkel au sommet européen informel de Sibiu (Roumanie), jeudi 9 mai 2019, © ZUMA Wire

10.05.2019 - Article

À 15 jours des élections européennes, les dirigeants de l’Union européenne (UE) se sont réunis hier à Sibiu (Roumanie) pour évoquer les priorités des cinq prochaines années. Un sommet à 27, sans le Royaume-Uni, qui était placé sous le signe de la cohésion.

« Nous resterons unis, envers et contre tout ». À la veille de l’ouverture d’une nouvelle législature dans l’Union européenne (UE), les dirigeants de ses 27 États membres ont solennellement réaffirmé hier leur cohésion dans une déclaration commune à l’occasion d’un sommet informel à Sibiu (Roumanie). Ils étaient réunis sans Theresa May, la Première ministre britannique. La rencontre avait pour but de préciser les priorités des cinq prochaines années. Elles seront consignées dans un agenda qui doit être fin juin par le Conseil européen.

La discussion a porté sur la définition du rôle de l’Europe dans le monde. « Nous affirmons notre adhésion à une Europe des valeurs », a commenté la chancelière Angela Merkel, « et ces valeurs incluent la coopération internationale ». Car « nous sommes guidés par l’idée qu’un pays seul ne peut résoudre les grands problèmes mondiaux » que sont la perte de biodiversité, le réchauffement climatique et la préservation d’un système commercial international basé sur des échanges libres et équitables.

Derrière le président français, Emmanuel Macron, huit pays (auxquels s’est ajoutée la Lettonie) étaient d’ailleurs venus à Sibiu présenter une initiative commune sur la politique climatique. Ils souhaitent que l’UE consacre « directement ou indirectement » le quart de ses moyens financiers à la lutte contre le réchauffement et au renforcement de l’efficacité du système énergétique. « J’ai dit que je soutenais fortement cette initiative », a commenté Angela Merkel.

La chancelière allemande s’est montrée plus réservée quant à l’objectif d’atteindre la neutralité carbone dans l’UE à l’horizon 2050. Atteindre les objectifs de réduction de émissions fixés pour 2030, a-t-elle indiqué. De plus, les projets de captage et de stockage du dioxyde de carbone (CCS), sur lesquels misent plusieurs pays, suscitent des débats en Allemagne. La chancelière a appelé de ses vœux une « coalition de volontaires » pour parvenir à une réglementation aussi harmonisée que possible en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

A.L.

Plus d’informations :

Conseil européen : déclaration de Sibiu (en français)
Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand)
Présidence allemande (en allemand)

Retour en haut de page