Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Pourquoi la Russie doit rester au Conseil de l’Europe

Heiko Maas en compagnie du secrétaire général du Conseil de l’Europe, M. Jagland

Heiko Maas en compagnie du secrétaire général du Conseil de l’Europe, M. Jagland, © Thomas Trutschel/photothek.net

16.01.2019 - Article

Le Conseil de l’Europe protège les droits de l’homme dans 47 pays. Cependant, un conflit avec la Russie pourrait dramatiquement affaiblir l’Organisation. Le chef de la diplomatie allemande s’efforce de trouver une solution.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, a rencontré ce mardi (15 janvier) le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland, afin de s’entretenir de la crise dans laquelle cette organisation internationale risque d’être plongée en raison d’un conflit avec la Russie. « La Russie doit rester membre du Conseil de l’Europe, avec tous les droits et obligations que cela comporte », a déclaré le ministre allemand à Strasbourg.

La Russie risque de perdre ses droits comme membre

Depuis 2017, Moscou est en retard dans le paiement de ses contributions. Si celles-ci ne sont pas versées prochainement, le pays perdra des droits importants de participation conformément aux règles de l’Organisation. « Nous voyons avec préoccupation la Russie s’éloigner de plus en plus du Conseil de l’Europe », a précisé M. Maas. Cet éloignement entre la Russie et l’organisation internationale remonte à l’annexion de la Crimée en violation du droit international. L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe avait réagi à cette invasion illégale en suspendant le droit de vote de la délégation russe.

La Russie devrait rester membre à part entière

Il est dans l’intérêt de l’Allemagne que la Russie reste membre à part entière du Conseil de l’Europe. Car sa sortie porterait un grave coup à la défense des droits de l’homme en Russie. Or c’est l’une des fonctions premières du Conseil de l’Europe : chaque citoyen d’un État membre a droit à ce que sa cause soit entendue devant la Cour européenne des droits de l’homme. Il joue donc un rôle important pour la protection de la société civile russe.

Heiko Maas cherche à résoudre le problème

Le chef de la diplomatie allemande soutient par conséquent les efforts déployés pour mettre un terme au conflit au sein de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, afin de permettre à la Russie de participer à nouveau à cet organe. « Il est important pour cela que la Russie recommence à verser ses contributions », a constaté M. Maas mardi. En outre, il faut trouver au sein de l’Assemblée parlementaire un moyen d’assurer à nouveau le droit de vote de la Russie. Selon le ministre allemand, les deux parties devraient opérer un rapprochement constructif.

Retour en haut de page