Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

#EuropeUnited contre la désinformation

Les « shitstorms » sont un outil de désinformation délibérée sur Internet

Les « shitstorms » sont un outil de désinformation délibérée sur Internet, © dpa-Themendienst

21.12.2018 - Article

La désinformation, que l’on continue appelle communément « fake news », et la question de savoir comment l’Europe peut trouver une réponse commune à ce défi sont une source de préoccupation pour le ministère fédéral des Affaires étrangères et l’ensemble de l’Union européenne.

Tout le monde parle de désinformation; et partout dans les journaux, sur le Web et aux informations, il est question de bots et de trolls. Et cela va encore bien plus loin puisque la désinformation est utilisée comme moyen d’accentuer les tensions dans nos sociétés, de renforcer l’influence de l’auteur de la désinformation, au détriment de nos populations. Agir ensemble est le seul moyen de se montrer à la hauteur de cet enjeu. Le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) et la Commission européenne ont donc élaboré en collaboration avec les États membres un plan d’action contre la désinformation qu’ils viennent de présenter. Ce plan décrit les mesures que veulent prendre l’UE et les États membres pour développer leur engagement contre la désinformation. Le Conseil européen a approuvé ce plan d’action le 13 décembre 2018.

La désinformation, c’est quoi en fait ?

Êtes-vous déjà allés voir en dehors de votre bulle de filtres ? Vous êtes-vous déjà aperçus du nombre d’utilisateurs de Twitter dont l’identifiant se compose d’une série de lettres et de chiffres au hasard ? Savez-vous comment effectuer une recherche inversée par image dans votre navigateur ? Si vous répondez « oui » à ces questions, c’est que vous vous êtes déjà frottés, consciemment ou non, à des aspects de la désinformation.

Les trolls sur Internet, un vecteur de propagation de la désinformation
Les trolls sur Internet, un vecteur de propagation de la désinformation© colorbox

La désinformation est aujourd’hui activement débattue dans de nombreux pays. Qu’il s’agisse de l’utilisation de systèmes logiciels automatisés en ligne (bots), d’attaques de trolls sur des profils de médias sociaux ou de « deep fakes » (des trucages qui utilisent l’apprentissage machine ou l’intelligence artificielle pour manipuler des images ou des vidéos), les gouvernements doivent se pencher sur ces phénomènes et sur d’autres encore. La désinformation utilise ces technologies pour approfondir les clivages au sein de la société et renforcer ainsi l’influence de ceux qui la propagent. En particulier en périodes préélectorales, la désinformation peut amener des citoyens à ne plus pouvoir prendre de décisions éclairées mais à se laisser entraîner dans une direction donnée par des fausses informations ciblées.

Le ministère fédéral des Affaires étrangères et d’autres services au sein du gouvernement fédéral se consacrent donc à ce thème, mais ils ne sont pas les seuls. En effet, un débat animé a lieu au sein de l’Union européenne pour savoir comment lutter contre ce phénomène. Au mois de mai, la Commission européenne avait déjà posé la première pierre d’une riposte de l’Union dans sa communication intitulée « Lutter contre la désinformation en ligne : une approche européenne », et elle vient de présenter un plan d’action contre la désinformation.

Plan d’action contre la désinformation

Ce dernier précise d’emblée que la désinformation ne comprend pas les erreurs commises de bonne foi, la satire, la parodie, ni les informations et commentaires partisans clairement identifiés. Il insiste par ailleurs sur le fait que lutter contre la désinformation ne doit pas se faire aux dépens de la liberté d’expression ou par les mêmes méthodes. L’Union et les États membres doivent plutôt accroître leurs efforts dans les grands domaines suivants : mieux détecter la désinformation, riposter de manière coordonnée, coopérer avec des plateformes en ligne et le secteur des services en ligne, sensibiliser davantage la population et améliorer la résilience de la société.

Silvio Gonzato, directeur de la communication stratégique du SEAE, explique ce que signifie le plan d’action pour l’UE :

La liberté d’expression et notre capacité à prendre des décisions librement et en connaissance de cause sont en péril. En tant qu’institutions publiques, nous devons nous intéresser aux campagnes de désinformation provenant des pays tiers et qui ont pour seul but d’aiguiser les conflits sociaux, de manipuler les élections et de détruire la confiance dans la démocratie.

Communication stratégique

Le plan d’action a donc pour objectif notamment de mieux faire connaître l’Union européenne elle-même et son engagement. Pour ce faire, l’UE prévoit de développer sa propre communication stratégique active.

Afin de soutenir l’UE dans cette entreprise, le ministère fédéral des Affaires étrangères s’emploie à développer et professionnaliser sa communication aussi bien en ligne que hors ligne. Dans ce contexte, le ministère fédéral des Affaires étrangères ne mise pas sur une déconstruction ou démystification des fausses informations isolées (ce que l’on appelle le « debunk »), mais il entend rendre la communication sur la politique étrangère plus compréhensible, plus adaptée aux groupes cibles et plus efficace. Pour se faire une idée réaliste et pouvoir se forger une opinion, les citoyens doivent notamment être informés du fonctionnement de l’UE et de ce qu’elle fait fait pour tout un chacun. Comme dans d’autres champs politiques, il ne suffit pas aux États nationaux d’agir isolément. C’est à l’Union qu’il incombe de relever collectivement ce défi afin de contrer la désinformation, de s’opposer aux clivages sociétaux et ainsi de renforcer notre démocratie. Ce principe a déjà été concrétisé avec l’élaboration du plan d’action.

Selon Silvio Gonzato :

Les nombreuses discussions avec tous les États membres mais aussi avec tous les experts du domaine de la recherche et de la société civile nous ont aidés à renforcer une prise de conscience européenne commune du problème et à formuler une réponse européenne.

Pour en savoir plus sur la communication stratégique au ministère fédéral des Affaires étrangères (en allemand) :

Vous pouvez lire notre article sur la communication stratégique de la politique étrangère sous : https://www.auswaertiges-amt.de/de/aussenpolitik/themen/-/2089138
Vous pouvez aussi écouter Andreas Kindl, notre directeur de la communication stratégique, parler de son travail dans son podcast : https://www.auswaertiges-amt.de/de/aamt/aussenpolitiklive/podcast-vom-posten
Pour de plus amples informations concernant le plan d’action contre la désinformation, veuillez consulter le site du SEAE (en anglais)
Il est disponible en anglais (mais aussi en allemand et en français) : https://eeas.europa.eu/headquarters/headquarters-homepage/54866/action-plan-against-disinformation_en
Questions et réponses sur le plan d’action : http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-18-6648_fr.htm

Retour en haut de page