Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Stopper le commerce illégal d’armes

Selon Heiko Maas, « il y va de la sécurité de l’Allemagne et de l’Europe »

Selon Heiko Maas, « il y va de la sécurité de l’Allemagne et de l’Europe », © Inga Kjer/photothek.net

12.12.2018 - Article

« Il est grand temps de combler un grave déficit de sécurité. » Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a annoncé l’augmentation du financement pour lutter contre le commerce illégal d’armes.

Le chef de la diplomatie allemande dit vouloir augmenter les fonds destinés à la lutte contre les trafics illicites d’armes tout particulièrement dans la région des Balkans occidentaux. M. Maas et son homologue français Jean-Yves Le Drian avaient invité ce mardi (11 décembre) les ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur de la Serbie, du Kosovo, de l’ex République yougoslave de Macédoine, de l’Albanie et du Monténégro à une conférence à Paris.

Stopper les armes avant qu’elles n’atteignent l’UE

Depuis l’époque des guerres balkaniques, des centaines de milliers d’armes en provenance de cette région continuent à circuler à travers l’Europe. Des criminels et des terroristes s’en servent pour tuer des femmes, des hommes et des enfants dans toute l’Europe. « Le marché noir des armes ne connaît pas de frontières. Si nous voulons l’assécher, nous devons donc penser transfrontalier », a déclaré Heiko Maas à Paris. Il est essentiel pour cela de mettre un terme aux flux d’armes et de munitions illicites avant qu’ils ne puissent atteindre l’Union européenne, a t il ajouté.

Davantage de transparence et de coopération

Afin d’améliorer le contrôle des armes légères et de petit calibre dans les Balkans occidentaux, l’Allemagne et la France ont lancé une initiative commune. Celle ci vise à accroître l’efficacité du travail des services de sécurité sur place dans ce domaine. Car avec une transparence et une coopération renforcées entre les pays des Balkans occidentaux, de nettes avancées sont encore possibles. Une feuille de route commune a été élaborée à cet effet. Des organisations internationales comme le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ou l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) apportent un soutien concret sur le terrain.

Il y va de la sécurité de l’Allemagne

« Notre objectif ne consiste pas seulement à accroître la stabilité dans les Balkans, il y va aussi de la sécurité de l’Allemagne », estime M. Maas. C’est pourquoi le gouvernement fédéral augmentera nettement ses contributions et fournira à l’avenir plus de 7 millions d’euros pour soutenir les projets de l’initiative.

Retour en haut de page