Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Heiko Maas : « L’avenir de la Pologne et de l’Allemagne réside dans l’Europe »

Discours du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas pour l’ouverture de la conférence « Un siècle de politique polonaise en Allemagne » à Berlin

Discours du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas pour l’ouverture de la conférence « Un siècle de politique polonaise en Allemagne » à Berlin, © Felix Zahn/photothek.net

16.11.2018 - Article

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas ouvre la conférence sur les relations germano-polonaises.

Le ministère fédéral des Affaires étrangères accueille les 15 et 16 novembre une conférence historique : « Un siècle de politique polonaise en Allemagne (1918-2018) : tradition – rupture de civilisation – entente – partenariat ». Le centenaire de l’indépendance de la Pologne est l’occasion de rendre hommage à l’histoire germano-polonaise. Le « Deutsches Polen-Institut » (Institut allemand pour la Pologne) et le ministère fédéral des Affaires étrangères en sont les organisateurs.

Dans son discours d’ouverture, Heiko Maas a souligné la singularité de la coopération étroite entre les deux pays : « Nous n’évitons pas les questions complexes. L’ouverture nécessaire et la normalité de nos rapports sont un réel bonheur pour les relations germano-polonaises. »

Mémoire pour l’avenir

Heiko Maas a évoqué, entre autres, les crimes allemands lors de la Seconde Guerre mondiale. Il a mentionné que l’Allemagne a pour objectif de créer une culture mémorielle commune.

L’Allemagne a déjà soutenu 20 projets de mémoire germano-polonais grâce au programme d’aides « Europe 1918-2018 : préserver la mémoire, façonner l’avenir ». En vue de l’année de commémoration 2019, un autre programme devrait désormais voir le jour. Dans le cadre de celui-ci, des écoliers allemands et polonais retraceront ensemble le sort des victimes des crimes de guerre allemands en Pologne et des victimes de la Shoah.

Ensemble pour l’Europe – sans oublier l’Est

Le ministre a également insisté sur le rôle de l’Allemagne et de la Pologne en Europe : « Il y a beaucoup plus de qui nous unissent qu’il n’y en a qui nous divisent. Nous partageons un objectif commun : préserver l’unité de l’UE des 27. Car nos deux pays savent par leur histoire, et pour des raisons très différentes, ce que la division signifie et avec quelle horreur le rideau de fer a coupé notre continent en deux. Qui, si ce n’est nous, Allemands et Polonais, peut préserver l’unité de l’Union européenne et surmonter les nouvelles divisions ? »

Finalement, il a déclaré que l’Europe a besoin d’une réelle politique étrangère et de sécurité avec comme élément central une « Ostpolitik européenne ». Cette Ostpolitik ne peut être conçue qu’avec la Pologne et les autres partenaires d’Europe centrale et orientale. Elle doit avoir pour objectif la stabilité et la sécurité en Europe, des liens économiques plus étroits entre l’Est et l’Ouest ainsi que le renforcement de la démocratie, de l’État de droit et des droits de l’homme grâce à des échanges plus approfondis entre les sociétés civiles. Elle doit également prendre en considération, en plus de la Russie, l’Ukraine, le Bélarus, la République de Moldova, le Caucase du Sud et l’Asie centrale. Ces États défendent aujourd’hui avec plus de ferveur qu’auparavant leurs propres intérêts et il est temps de donner un nouvel élan à cette coopération.

Retour en haut de page