Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Michael Roth exige un langage clair et une attitude soudée envers les États Unis : Conseil des affaires étrangères de l’UE à Bruxelles

Réunion à Bruxelles du Conseil des affaires étrangères de l’UE

Réunion à Bruxelles du Conseil des affaires étrangères de l’UE, © Commission européenne

18.07.2018 - Article

Le jour du sommet entre Donald Trump et Vladimir Poutine, les relations avec les États Unis dominaient également la réunion mensuelle des ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles.

D’autres thèmes importants figuraient à l’ordre du jour de cette rencontre : l’Iran, la Libye, le Partenariat oriental et la Corée du Nord.

Le ministre adjoint chargé des affaires européennes, Michael Roth, a déclaré à son arrivée à Bruxelles :

Le Président américain fait de la provocation, il essaie de diviser l’Union européenne. Il nous qualifie d’adversaires, nous ne voyons pas du tout les choses comme ça. Il existe un partenariat profond et étroit entre les États Unis d’Amérique et l’Union européenne, nous ne devrions pas nous laisser perturber par les contributions en partie très agressives, fausses et pas spécialement constructives de Donald Trump.

Pour être pris au sérieux, il faut arriver maintenant au bon niveau de cohésion, a t il relevé, avant d’ajouter qu’être indignés ne suffit pas, que seuls nous aideront un langage clair et une attitude soudée.

Entretiens sur l’Iran

Concernant l’Iran, Michael Roth a dit considérer les entretiens qui ont eu lieu à Vienne le 7 juillet comme une bonne base permettant à l’UE de rester unie même après le retrait des États Unis de l’accord sur le nucléaire. Pendant la réunion avec toutes les parties restantes, le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, avait insisté sur la nécessité de ne pas mettre cet accord en péril. M. Roth a demandé à ce que soit mise au point une stratégie face à l’attitude très destructrice de l’Iran dans la région et face à son programme balistique.

Soutien et demandes à la Libye

Federica Mogherini a fait le compte rendu de ses récents entretiens à Tripoli. L’Allemagne s’engage en faveur d’un rôle plus actif de l’UE et d’un soutien collectif de l’UE au représentant spécial de l’ONU, Ghassan Salamé. Au sujet des réfugiés, M. Roth a également été très clair : « La Libye est tenue de respecter le droit international humanitaire. Nos efforts pour la soutenir visent à améliorer le respect du droit international et des droits de l’homme. »

Attention accrue au Partenariat oriental

« Nous devons accorder une bien plus grande attention au dialogue et aux échanges avec nos partenaires orientaux », a déclaré le ministre adjoint. Le Partenariat oriental est une offre attrayante et faite sur un pied d’égalité afin de développer la démocratie et l’état de droit mais aussi la stabilité économique et sociale. Des succès notables ont été enregistrés, en particulier en Géorgie, en Arménie et en Ukraine. On reste néanmoins « très préoccupés par la situation de la démocratie, de l’état de droit et des droits de l’homme au Moldova », a t il reconnu.

Corée du Nord : pas de levée des sanctions pour le moment

M. Roth a salué les projets de voyage de Federica Mogherini en Corée du Nord. « Il n’y a toutefois encore aucun signe indiquant que nous renoncions à notre politique de sanctions confirmée », a t il poursuivi. « Nous avons besoin d’avancées claires et vérifiables vers la dénucléarisation de la Corée du Nord et tant que rien ne se passe de ce côté-là, il ne saurait être question de lever les sanctions. »

Retour en haut de page