Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Rencontre de la chancelière fédérale avec Giuseppe Conte à Berlin - Solidarité dans la question des réfugiés

La première visite officielle du nouveau chef de gouvernement italien a essentiellement porté sur la politique migratoire

La première visite officielle du nouveau chef de gouvernement italien a essentiellement porté sur la politique migratoire, © Bundesregierung/Kugler

20.06.2018 - Article

L’Allemagne et l’Italie entendent coopérer étroitement en matière de politique migratoire. Angela Merkel et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte l’ont souligné avant leur entretien à Berlin.

Tous deux ont notamment réclamé une meilleure protection des frontières extérieures de l’Union européenne.

« L’Italie est l’un des pays qui accueillent un très grand nombre de réfugiés en tant que pays d’arrivée », a déclaré Mme Merkel. Pour réduire ce nombre, il faudrait améliorer la coopération européenne avec la Libye. En effet, c’est là qu’échouent de nombreux réfugiés qui cherchent à rejoindre l’Union européenne par la Méditerranée. Il s’agit donc de voir ensemble comment la Libye peut se doter d’un gouvernement stable et comment les garde-côtes peuvent bénéficier d’une meilleure formation, estime-t-elle.

La chancelière a relevé par ailleurs que le phénomène migratoire constituait également un défi pour l’Allemagne : « Nous voulons soutenir l’Italie qui demande notre solidarité et espérons que l’Allemagne pourra elle aussi compter sur la compréhension des autres concernant la solidarité en Europe dans les questions migratoires. »

Meilleure protection des frontières européennes

Angela Merkel et Giuseppe Conte se sont accordés à dire que les frontières extérieures de l’UE devaient être mieux protégées. « Les frontières italiennes sont les frontières européennes », a affirmé le président du Conseil italien. La chancelière a insisté sur la nécessité de renforcer encore Frontex pour mieux contrôler les frontières extérieures de l’UE. Elle a demandé en outre à ce que la lutte contre la migration illégale et le trafic de migrants soient pris en compte comme « missions importantes » dans la future planification financière à moyen terme de l’Union.

Giuseppe Conte a salué les propos de la chancelière concernant la solidarité avec son pays. Il a demandé la dissolution de l’actuel système de Dublin, qui impose systématiquement aux réfugiés de demander l’asile dans le pays dans lequel ils sont entrés sur le territoire de l’UE. Selon lui, les demandes d’asile devraient désormais pouvoir être déjà déposées dans les pays d’origine ou de Transit.

© Gouvernement fédéral