Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

« Notre responsabilité augmente »

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas au Bundestag © dpa

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas au Bundestag, © dpa

17.05.2018 - Article

Dans un discours prononcé devant le Bundestag allemand, le ministre fédéral des Affaires étrangères plaide pour un nouveau rôle diplomatique de l’Allemagne et de l’Europe.

Heiko Maas s’est prononcé au Bundestag en faveur d’une politique étrangère allemande et européenne plus active dans le monde. Face aux bouleversements profonds de l’ordre mondial, l’Europe doit de toute urgence mener une action plus déterminée sur la scène internationale, a-t-il déclaré lors des consultations budgétaires mercredi (16 mai). Les principes fondamentaux du droit international, du libre-échange et du multilatéralisme sont menacés. « L’Europe doit fermer la brèche que d’autres sont en train de creuser », a-t-il poursuivi.

L’Allemagne participe aux négociations décisives

Les crises en Syrie et en Ukraine ou encore les tensions autour de l’accord sur le nucléaire iranien demandent une forte mobilisation de la part de l’Allemagne, a souligné le ministre. Pour ces trois conflits, l’Allemagne assume d’ores et déjà un rôle important dans des processus de négociation décisifs, par exemple en tant que médiateur au sein du « small group » chargé d’élaborer des pistes en vue d’une solution politique en Syrie. Quant à l’Ukraine, M. Maas a proposé lors de sa visite en Russie de relancer les entretiens en format Normandie afin de faire avancer le processus de Minsk. Le dialogue avec Moscou devra désormais être plus fructueux, a-t-il réclamé devant les députés.

Protéger les intérêts européens en matière de sécurité

Dans le cadre des négociations concernant l’avenir de l’accord sur le nucléaire iranien, l’Allemagne joue également un rôle essentiel. La non-prolifération des armes nucléaires constituant un intérêt central des Européens en matière de sécurité, l’Allemagne fera tout pour que cet accord soit préservé, a affirmé M. Maas qui justement était à Bruxelles la veille pour discuter de l’avenir de l’accord avec les signataires européens et le ministre iranien des Affaires étrangères.

« Ne pas rester sans rien faire »

Par ailleurs, la candidature de l’Allemagne à un siège non permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies témoigne également de sa volonté d’assumer plus de responsabilité sur le plan international. Là encore, l’Allemagne compte s’engager en faveur de la coopération internationale et du maintien d’un ordre fondé sur des règles, a précisé M. Maas en ajoutant : « Nous n’allons pas rester sans rien faire tandis que les nationalistes et populistes tentent d’inverser le cours de l’histoire. C’est la force du droit, et non la loi du plus fort, qui doit former la base d’un ordre mondial pacifique, demain comme aujourd’hui. »

Retour en haut de page