Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

La dette allemande en net recul

04.04.2018 - Article

En 2017, l’Allemagne a réduit sa dette publique à 64,1 % du PIB, selon la Bundesbank. Elle n’est plus loin de rentrer dans les clous du traité de Maastricht.

2 093 milliards d’euros : c’est le montant auquel s’élevait la dette allemande à la fin de l’année 2017. Le chiffre est impressionnant (il représente plus de 23 000 euros par habitant). Mais il constitue une bonne nouvelle car il a reculé de 53 milliards d’euros en un an, selon la Bundesbank.

Le montant de la dette allemande depuis 2010 © Allemagne Diplomatie/ A.Lefebvre
Le montant de la dette allemande depuis 2010© Allemagne Diplomatie/ A.Lefebvre

Après plusieurs années d’efforts de désendettement, l’Allemagne s’approche désormais de la barre fixée par le traité de Maastricht (une dette inférieure à 60 % du PIB), constate la Banque centrale allemande. Son taux d’endettement s’élevait à la fin de l’année dernière à 64,1 % du PIB. C’est 4,1 points de moins qu’en 2016 et près de 17 points de moins qu’en 2010, au plus fort de la crise des dettes souveraines européennes.

En 2017, le dégonflement de la dette allemande s’explique avant tout par la valorisation d’actifs financiers détenus par les bad banks. Ces structures avaient été créées au moment de la crise financière de 2007/2008 pour débarrasser les établissements financiers de ce qui plombait leur bilan.

Avec un taux d’endettement en net recul, l’Allemagne se rapproche des critères du traité de Maastricht © Allemagne Diplomatie/ A.Lefebvre
Avec un taux d’endettement en net recul, l’Allemagne se rapproche des critères du traité de Maastricht. © Allemagne Diplomatie/ A.Lefebvre

Mais la réduction de la dette allemande tient aussi au désendettement des communes et des länder. La hausse des recettes fiscales et la faiblesse des taux d’intérêt leur ont permis d’engranger des excédents records (10,7 milliards d’euros au total selon l’Office fédéral des statistiques (destatis)) et de tendre vers l’équilibre budgétaire. Elles ont également été davantage épaulées par l’État fédéral pour financer l’hébergement et l’intégration des réfugiés.

A.L.

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

Bundesbank (en allemand)

Retour en haut de page