Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Rencontre Allemagne – États-Unis à « Little Berlin »

Un mur de 700 mètres de long et de 3 mètres de haut séparait en deux le village de Mödlareuth, situé à la frontière entre la Thuringe et la Bavière

Un mur de 700 mètres de long et de 3 mètres de haut séparait en deux le village de Mödlareuth, situé à la frontière entre la Thuringe et la Bavière, © dpa-Zentralbild

07.11.2019 - Article

Pendant 41 ans, le village de Mödlareuth a été coupé en deux par la frontière intérieure séparant RFA et RDA. C’est ici que le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, rencontrera son homologue américain Mike Pompeo à la veille des 30 ans de la chute du mur de Berlin.

Berlin n’était pas la seule ville divisée par un mur durant la Guerre froide : le petit village de Mödlareuth s’est lui aussi retrouvé dans cette situation, à cheval entre les Länder de Thuringe et de Bavière. Tandis que la partie est, en Thuringe, était occupée par les forces soviétiques, la partie bavaroise faisait partie de la zone d’occupation américaine. À partir de 1952, il est devenu illégal de passer la frontière entre les deux parties pour les habitants de Mödlareuth. 12 ans après, un mur de béton est venu matérialiser la division du village. Des familles ont été séparées, de nombreux habitants furent déplacés de force et leurs maisons rasées.

Le 9 décembre 1989, un mois jour pour jour après la chute du mur de Berlin, le point de passage de Mödlareuth fut rouvert. Les soldats américains stationnés dans la région avaient baptisé le village « Little Berlin ». Mike Pompeo lui-même connait la région puisqu’il a commandé un escadron de chars de l’armée américaine près de Bamberg dans les années 1980.

Le rôle des États-Unis dans la réunification allemande

C’est dans ce lieu mémorable que le chef de la diplomatie allemande rencontrera aujourd’hui son homologue américain. Les deux ministres se rendront ensuite à Leipzig, où ils visiteront notamment la Nikolaikirche, un point de départ de la révolution pacifique. À Halle, ils rendront hommage aux victimes de l’attentat et enverront un message fort contre l’antisémitisme et la violence.

Peu avant le trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin, le rôle particulier des États-Unis dans la réunification et la démocratisation de l'Allemagne lancera les discussions ; ce n’est pas sans raison que l’ancien président américain George Bush Senior est considéré comme l’un des « pères de l’Unité allemande ».

L’Allemagne et les États-Unis doivent travailler de concert sur les grands dossiers internationaux

Les crises internationales seront également évoquées par les deux hauts responsables des Affaires étrangères : le conflit en Syrie et la première réunion du Comité constitutionnel la semaine dernière, le désarmement international, la mise en œuvre des Accords de Minsk dans le conflit ukrainien ou encore la situation en Afghanistan. Sur tous ces points, il importe que l’Allemagne et les États-Unis travaillent de concert, dans un cadre multilatéral.

Le pacte de l’Atlantique Nord alliant les États-Unis et l’Europe est une pièce maîtresse de l’ordre multilatéral. Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg participera aux célébrations de la chute du mur à Berlin et s’est également entretenu avec Heiko Maas dans la matinée.

Des alliés importants

Même si les relations transatlantiques sont aujourd’hui fréquemment mises à l’épreuve, le souvenir des évènements de 1989 constitue une occasion d’élargir nos perspectives et d’observer ce qui lie l’Europe aux États-Unis : la foi commune en des valeurs fondamentales comme la démocratie, la liberté et les droits individuels.

Le ministre fédéral Heiko Maas s’en était fait l’écho dès la fin de l’année de l’Allemagne aux États-Unis :

Nous souhaitons que cela soit clair pour les populations des deux côtés de l’Atlantique : les États-Unis restent, pour les Européens que nous sommes, notre principal allié.

Retour en haut de page