Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Une semaine sous le signe du multilatéralisme

Lors du débat général des Nations Unies, des décideurs du monde entier se réunissent

Lors du débat général des Nations Unies, des décideurs du monde entier se réunissent, © TASS

24.09.2019 - Article

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas se rend à New York pour assister au débat général des Nations Unies. Voici les trois thèmes qui seront importants cette semaine :

Le chef de la diplomatie allemande souhaite trouver avec d’autres États des solutions et des réponses durables aux crises actuelles et aux défis futurs. Lors de la 74e Assemblée générale, il plaidera aux côtés de son homologue français Jean-Yves Le Drian en faveur d’un ordre international fort et fondé sur des règles avec l’alliance pour le multilatéralisme. Car la politique étrangère allemande est une politique étrangère multilatérale.

Trois thèmes sont au centre de la politique étrangère allemande :

Renforcer le désarmement et le contrôle des armements

L’Allemagne s’engage pour un monde exempt d’armes nucléaires. Aux Nations Unies, le gouvernement fédéral s’emploie à ce que le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires soit mis en œuvre et à ce que les essais nucléaires cessent dans le monde entier.

L’Allemagne s’engage à différents niveaux en faveur du désarmement et du contrôle des armements lors de l’Assemblée générale : aux côtés de l’Algérie, elle assumera la présidence de la conférence sur la promotion de l’entrée en vigueur du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE). Et avec la ministre des Affaires étrangères suédoise ainsi que des homologues d’autres États non-détenteurs de l’arme nucléaire, Heiko Maas veut se mobiliser pour consolider le Traité sur la non-prolifération au sein des Nations Unies.

S’attaquer ensemble aux crises à l’échelle mondiale

Pour beaucoup de crises, la recherche de solutions s’avère trop longue : les pourparlers de paix sont au point mort et les parties en conflit s’intéressent plus à l’escalade qu’à la désescalade. En même temps, des catastrophes humanitaires risquent de se produire. Des conflits larvés menacent de plonger des régions entières dans le chaos, comme c’est le cas dans la zone du Sahel.

Pour Heiko Maas, une chose est sûre : ce n’est qu’en agissant ensemble que la paix pourra être instaurée. Ce n’est qu’en agissant ensemble que la prévention des crises, la stabilisation et la consolidation de la paix après les conflits pourront réussir. L’Assemblée générale réunit des décideurs du monde entier et permet ainsi de chercher collectivement des solutions. L’accent est mis sur les guerres en Syrie et au Yémen ainsi que sur la résurgence de la guerre civile en Libye.

Défendre le droit (international)

Pendant mais aussi après le règlement des conflits, le respect du droit international est au centre de la politique étrangère allemande. À l’occasion du 70e anniversaire des conventions de Genève, le droit international humanitaire est mis à mal : des infrastructures civiles comme des hôpitaux sont pris pour cibles, les travailleurs humanitaires n’ont pas accès aux personnes en détresse. L’Allemagne s’engage pour renforcer le droit international humanitaire – pour des conflits concrets comme en Syrie, mais aussi aux côtés de la France avec l’« Appel à l’action humanitaire ».

Durant son séjour à New York, Heiko Maas plaidera également, dans le cadre de l’« Alliance contre l’impunité », pour que les auteurs de violence soient poursuivis en justice à l’échelle internationale. L’Allemagne veut s’engager avec d’autres pays animés du même esprit en faveur de la défense et du renforcement du droit pénal international.

Retour en haut de page