Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Le Soudan : un pays en plein essor

03.09.2019 - Article

Heiko Maas se rend aujourd’hui à Khartoum. L’Allemagne souhaite soutenir le Soudan dans sa transition démocratique.

Actuellement membre du Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Allemagne s’engage tout particulièrement pour que la stabilisation, la promotion de la démocratie et l’aide humanitaire en Afrique soient mises à l’ordre du jour du Conseil de sécurité. Lors de sa visite au Soudan, le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, veut se faire une idée de ce que cela représente concrètement pour la population sur place.

La population réclame un avenir démocratique

Le ministre fédéral des Affaires étrangères visite une exposition au Goethe-Institut à Khartoum
Le ministre fédéral des Affaires étrangères visite une exposition au Goethe-Institut à Khartoum© Xander Heinl/photothek.net

La première étape du déplacement du chef de la diplomatie allemande en Afrique est le Soudan, un pays sur la voie d’une transition des plus passionnantes de notre époque. Cet État dans le nord-est de l’Afrique est marqué depuis plusieurs décennies par des troubles politiques. En 2011, le Soudan du Sud s’est séparé du reste du pays. Ce jeune État est également souvent confronté à de violents conflits. L’ancien président soudanais, Omar el-Béchir, a été pendant 30 ans au pouvoir. En raison de son rôle dans les conflits qui agitent le pays, il fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale depuis 2008. Suite à une hausse des prix des denrées alimentaires et à une mauvaise situation économique, la population soudanaise était descendue dans la rue pour manifester pacifiquement. Après des mois de manifestations, le président a été destitué par l’armée soudanaise en avril dernier.

Depuis lors, des négociations ont été menées pour constituer le futur gouvernement du Soudan. Le Conseil militaire et la coalition d’opposition se sont finalement mis d’accord sur un gouvernement de transition composé de militaires et de civils qui sera supervisé par une instance gouvernementale supérieure, le Conseil souverain. Des élections doivent avoir lieu après une phase de transition de trois ans.

Heiko Maas est le premier ministre des Affaires étrangères à se rendre à Khartoum pour rencontrer le nouveau premier ministre et le président du Conseil souverain. Il s’entretiendra également avec des membres du mouvement de protestation pacifique et rendra visite à la direction de la MINUAD, l’opération hybride UA/ONU au Darfour.

Soutien de l’Allemagne au Soudan

Heiko Maas rencontre des membres d'un mouvement de protestation pacifique
Heiko Maas rencontre des membres d'un mouvement de protestation pacifique© Xander Heinl/photothek.net

L’Allemagne continuera de soutenir pleinement le Soudan dans cette phase de transition démocratique et en ce qui concerne la stabilisation du pays et la réconciliation entre les parties au conflit. En appuyant la MINUAD et les efforts de médiation, l’Allemagne a déjà apporté une contribution importante à la stabilisation du Darfour, une province de l’ouest du Soudan déchirée par les conflits. À travers le groupe des Amis du Soudan, l’Allemagne avait soutenu ces derniers mois les négociations entre les militaires et le mouvement de protestation.

Par ailleurs, l’Allemagne assure depuis des années une aide humanitaire au Soudan.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères s’exprime avant son départ pour le Soudan et le Congo (2 septembre 2019)

Avant son déplacement au Soudan et au Congo, le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré aujourd'hui (le 2 septembre) :

Le Soudan est à un tournant de son histoire. La population soudanaise est descendue dans la rue pour réclamer fermement et pacifiquement un gouvernement civil. Depuis quelques semaines, nous avons un accord qui a été conclu entre le Conseil militaire et l'opposition pour organiser l'avenir du Soudan.

Je me réjouis tout particulièrement de rencontrer à Khartoum des représentantes et représentants du mouvement de contestation et de leur exprimer toute mon estime.

Nous souhaitons soutenir les nouveaux dirigeants du pays dans l'accomplissement de leur haute mission qui consistera à ouvrir et à réformer le pays ainsi qu'à le préparer à de véritables élections démocratiques. Nous souhaitons que le Soudan puisse saisir cette chance historique et bénéficier de l'appui nécessaire de la communauté internationale après toutes ces années d'isolement.

Le Congo, lui aussi, pose actuellement des jalons décisifs pour le futur développement du pays. Je me félicite vivement que le président Félix Tshisekedi soit prêt à répondre aux attentes des Congolaises et Congolais qui veulent une amélioration de leurs conditions de vie. Il peut compter sur notre appui pour réaliser son programme de réforme.

Comme le montre le Congo en particulier, il est toujours aussi important que la communauté internationale apporte son soutien pour surmonter les conséquences de conflits non résolus. À Goma, je voudrais me rendre compte personnellement de l'action de la MONUSCO, la plus grande mission de paix des Nations Unies, avant que ne soit renouvelé bientôt son mandat au Conseil de sécurité. Je voudrais également m'informer sur les possibilités de l'Allemagne de fournir une aide encore plus ciblée pour lutter contre la terrible épidémie Ebola.

Et je souhaite en particulier visiter l'hôpital du Dr Denis Mukwege qui apporte une aide inestimable aux victimes de violences sexuelles. L'adoption de la résolution 2467 a permis de sensibiliser à nouveau le Conseil de sécurité à cette question. L'Allemagne mettra tout en œuvre pour faire appliquer la résolution et veillera à ce que des personnes dévouées comme le Dr Mukwege reçoivent toute l'aide dont elles ont besoin.

Retour en haut de page