Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Journée mondiale de l’aide humanitaire : les travailleuses humanitaires au cœur de l’attention

Une travailleuse humanitaire en Iraq informe des filles des dangers des mines

Une travailleuse humanitaire en Iraq informe des filles des dangers des mines, © Norwegian People’s Aid

19.08.2019 - Article

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, le ministère fédéral des Affaires étrangères et le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) mettent en avant les femmes qui risquent souvent leur vie en aidant des personnes dans le besoin.

La Journée mondiale de l’aide humanitaire (« World Humanitarian Day ») qui a lieu aujourd’hui met l’accent sur les femmes qui ont été blessées ou ont perdu la vie en effectuant ce travail important. Bien que le droit international humanitaire offre une protection particulière aux travailleuses et travailleurs humanitaires, bien souvent, la réalité est malheureusement différente. En outre, les femmes font régulièrement face à des défis très différents de ceux auxquels les hommes sont confrontés et sont exposées à des risques considérables supplémentaires dans le cadre de leur travail.

Il ne faut pas que l’érosion du droit international humanitaire mène à une situation où, au final, l’aide humanitaire n’est plus acheminée là où elle doit l’être parce qu’il n’y a plus personne sur place pour le faire.

C’est en ces termes qu’Heiko Maas, le ministre fédéral des Affaires étrangères, explique pourquoi l’Allemagne a également placé ce thème à l’ordre du jour du Conseil de sécurité des Nations Unies.

L’aide, en particulier celle apportée par les femmes, est une plus-value importante dans le domaine de l’aide humanitaire. À titre d’exemple, les femmes sont mieux acceptées dans bien des endroits et ont mieux accès à certaines couches de la population concernée. Les travailleurs humanitaires hommes peuvent notamment avoir plus de difficultés à accéder aux filles et aux femmes sur des sujets liés au genre (par exemple la sensibilisation au VIH / SIDA et les conseils portant sur ces derniers, l’aide à l’accouchement, les violences sexuelles, etc.). Mais les femmes apportent également une contribution irremplaçable dans de nombreux autres domaines de l’aide humanitaire internationale. Par conséquent, il est nécessaire qu’elles aient droit au même accès que les hommes aux métiers de l’aide humanitaire.

Il reste encore beaucoup à faire

Grâce à l’engagement courageux des femmes, l’aide humanitaire peut être acheminée vers de nombreuses personnes nécessiteuses – et donc aussi vers les groupes cibles qui, habituellement, ne sont que partiellement accessibles. C’est pourquoi l’Allemagne souhaite coopérer davantage avec ses partenaires dans le domaine de l’aide humanitaire à l’avenir, afin d’améliorer les possibilités d’intervention des femmes en tant que travailleuses humanitaires. Nous voulons montrer encore plus clairement quelle peut être la plus-value lorsque des hommes et des femmes apportent ensemble de l’aide humanitaire.

Préserver l’espace humanitaire

Les acteurs politiques doivent continuer à œuvrer – et ce de manière plus intense – pour que le personnel humanitaire bénéficie de la protection qui lui est due conformément aux règles du droit international humanitaire. Par conséquent, l’Allemagne s’engage au Conseil de sécurité de l’ONU pour renforcer l’espace humanitaire et protéger le personnel humanitaire. L’espace humanitaire constitue le cadre juridique garantissant l’accès des travailleuses et travailleurs humanitaires aux personnes dans le besoin et leur protection durant ce travail. Au début du mois d’avril 2019, l’Allemagne a, en coopération avec la France, attiré l’attention sur le fait que l’espace humanitaire subit aujourd’hui des pressions considérables et risque de devenir plus petit. Les principes humanitaires et des normes fondamentales du droit international humanitaire sont régulièrement violés, et il arrive régulièrement que des travailleuses et des travailleurs humanitaires soient attaqués de manière ciblée. La France et l’Allemagne travaillent actuellement avec d’autres États et organisations humanitaires sur un « appel à l’action » humanitaire qui comprendra des mesures et des recommandations concrètes. Le renforcement du droit international humanitaire et des principes humanitaires doit permettre d’augmenter la marge de manœuvre du personnel humanitaire.

Retour en haut de page