Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Nucléaire : Berlin appelle Téhéran à « revenir sur sa décision »

Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères : « Nous exhortons l’Iran à revenir sur sa décision et à s’abstenir de nouvelles mesures qui seraient incompatibles avec les engagements de l’accord de Vienne ».

Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères : « Nous exhortons l’Iran à revenir sur sa décision et à s’abstenir de nouvelles mesures qui seraient incompatibles avec les engagements de l’accord de Vienne »., © dpa

08.07.2019 - Article

L’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’Union européenne appellent Téhéran à cesser de violer l’accord de Vienne sur son programme nucléaire.

L’Allemagne et les autres signataires européens de l’Accord de Vienne (2015) sur le nucléaire iranien se sont dits hier « extrêmement inquiets » de l’intention affichée par l’Iran d’enrichir de l’uranium au-delà de la limite de 3,67 % autorisée par l’accord.

« Nous avons appelé l’Iran à plusieurs reprises à ne pas prendre de nouvelles mesures qui pourraient affaiblir l’accord sur le nucléaire », a rappelé un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères. « Nous l’exhortons à revenir sur sa décision et à s’abstenir de nouvelles mesures qui seraient incompatibles avec les engagements de l’accord, […] y compris le dépassement du stock autorisé d’uranium faiblement enrichi ».

Tout en attendant des informations de l’Agence internationale de l’énergie atomique, l’Allemagne se tient en étroit contact avec les autres pays signataires, a-t-il ajouté.

Ce lundi, la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, a elle aussi évoqué une concertation « sur les prochaines étapes ».

Lundi matin, l’Iran a annoncé qu’il avait mis sa menace à exécution et accru le degré d’enrichissement de son uranium pour atteindre 4,5 %. Après le retrait unilatéral des États-Unis de l’accord de Vienne et la reprise des sanctions américaines, Téhéran réclame des mesures de protection aux autres signataires (Union européenne, Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Russie) contre ces sanctions.

A.L.

Plus d’informations :

Ministère allemand des Affaires étrangères (en allemand)

Retour en haut de page