Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’indépendance des médias, pilier de la démocratie

Frank-Walter Steinmeier, président allemand : à l’heure des fausses informations, la démocratie « dépend plus que jamais de la fiabilité des sources, de la hiérarchisation de l’information et surtout de sa mise en perspective »

Frank-Walter Steinmeier, président allemand : à l’heure des fausses informations, la démocratie « dépend plus que jamais de la fiabilité des sources, de la hiérarchisation de l’information et surtout de sa mise en perspective », © dpa

02.07.2019 - Article

À l’occasion du 70e anniversaire de l’agence de presse dpa, l’AFP allemande, le président Frank-Walter Steinmeier a rappelé la contribution essentielle d’une information objective et indépendante à la démocratie.

À l’heure où le numérique crée l’illusion que chacun est journaliste et où les réseaux sociaux fourmillent de fausses informations, le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, a rappelé hier à Berlin l’importance capitale pour la démocratie d’un journalisme sérieux et de qualité.

« La démocratie a besoin du journalisme », a-t-il déclaré à l’occasion du 70e anniversaire de l’Agence de presse dpa, l’équivalent allemand de l’Agence France-Presse (AFP). Elle a besoin « d’un journalisme qui recherche l’information, la vérifie et l’analyse avant de la publier ».

Car, « sous le feu roulant des informations et des fausses informations, la démocratie dépend plus que jamais de la fiabilité des sources, de la hiérarchisation de l’information et surtout de sa mise en perspective ».

Bureaux régionaux de l’Agence de presse allemande dpa à Düsseldorf, en 2012
Bureaux régionaux de l’Agence de presse allemande dpa à Düsseldorf, en 2012© dpa
Frank-Walter Steinmeier a ainsi rendu hommage au travail humble, sérieux et indépendant des agenciers. Ils s’effacent derrière leur texte pour produire une information fiable, vérifiée. Une information qui « est la matière première de chaque débat parlementaire, et de chaque article qui est écrit », a-t-il loué. « Les faits sont les faits lorsqu’ils sont rapportés par dpa ».

À l’inverse, « la publication de tweets à la minute n’a pas accru la qualité de la politique », a tancé le président. Et d’ajouter : « Je serais heureux qu’à l’avenir, on ne se serve pas de Twitter pour augmenter les droits de douane et pour provoquer des guerres ».

Des ruines de la Seconde Guerre mondiale à l’heure du numérique

La lame de fond de la numérisation est cependant inéluctable, a-t-il reconnu. Et ce, avec toutes les questions de fond qu’elle pose à la presse en général et aux agences de presse en particulier, qu’il s’agisse de vérification des faits, de traitement de l’information ou de modèle économique.

Le président a engagé les dirigeants de l’agence dpa à investir dans la qualité de l’information et dans l’expertise de ses journalistes. Il s’agit d’être des conquérants du monde numérique au lieu de se laisser conquérir par lui, a-t-il souligné.

Née avec la République fédérale et élément de sa stabilité

Leader sur le marché allemand, la dpa compte aujourd’hui parmi les quatre premières agences de presse internationales après l’américaine Associated Press (AP), la française AFP et la britannique Reuters. Elle emploie un millier de journalistes répartis dans plus de 160 bureaux à travers le monde. Ils publient des informations en quatre langues (allemand, anglais, espagnol et arabe), dont quelque 600 dépêches et mille photos par jour pour le seul fil général.

Historiquement, dpa est la première agence de presse allemande indépendante du pouvoir politique. Elle a publié sa toute première dépêche (qui annonçait sa création, le 18 août 1949) le 1er septembre 1949. Dix ans jour pour jour après le début de la Seconde Guerre mondiale. Tout un symbole.

A.L.

Plus d’informations :

Discours du président allemand, Frank-Walter Steinmeier (en allemand)
Site web de l'agence dpa

Retour en haut de page