Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Des défis pour l’aide humanitaire

La fuite et le déplacement des populations représentent un des grands défis actuels

La fuite et le déplacement des populations représentent un des grands défis actuels, © Fulvio Zanettini/ADH

26.06.2019 - Article

Bärbel Kofler, chargée de l’aide humanitaire auprès du gouvernement fédéral, constate que l’aide humanitaire est mise à rude épreuve au niveau mondial.

Ces dernières années, l’aide humanitaire est confrontée à des défis toujours plus nombreux. Les crises durent plus longtemps, les besoins augmentent d’année en année. De plus, en raison du changement climatique induit par les activités humaines, l’intensité et la fréquence des catastrophes naturelles augmentent, ce qui met la communauté internationale face à de nouvelles épreuves.

Le changement climatique

Plus de 75 % des catastrophes naturelles sont dues à des événements météorologiques extrêmes. Ces phénomènes, qui provoquent d’ores et déjà d’immenses souffrances dans le monde, devraient encore s’aggraver dans les années à venir. Dans les pays en développement, notamment, des gens perdront leurs habitations, seront blessés ou tués par des tempêtes ou des inondations. L’aridité croissante déclenche quant à elles des sécheresses et des pertes de récoltes. Les risques de déplacement de populations liés au changement climatique et aux catastrophes naturelles sont également en hausse.

La violation des principes humanitaires

Ce qu’on appelle « l’espace humanitaire », c’est-à-dire la marge de manœuvre des organisations et des travailleurs humanitaires, se réduit constamment en raison de la violation du droit humanitaire international et des principes humanitaires, mais également à cause de certaines mesures de sanctions et directives anti-terrorisme qui rendent l’aide humanitaire impossible en pratique, voire la criminalisent.

La fuite et le déplacement des populations

La fuite et le déplacement des populations représentent un des grands défis actuels. Il y a aujourd’hui plus de 70 millions de personnes réfugiées et déplacées dans le monde, bon nombre d’entre elles vivant dans des conditions terribles sur le plan humanitaire. Le gouvernement fédéral et le ministère des Affaires étrangères, qui dispose de la compétence en matière d’aide humanitaire, ont reconnu ces défis et renforcé leur engagement avec le soutien du Bundestag.

La réaction de l’Allemagne aux défis

Le ministère des Affaires étrangères mise toujours sur une politique de partenariat avec les organisations humanitaires. Avec leur personnel hautement qualifié et motivé mêlant appui au niveau international mais aussi et de plus en plus local, elles apportent leur aide sur place dans des conditions souvent extrêmement difficiles et dangereuses. L’Allemagne veut mettre à leur disposition des moyens pour répondre au mieux à leurs besoins grâce à un financement plus souple et à plus long terme. Pour les organisations internationales, les contributions de l’Allemagne aux budgets non liées à des projets spécifiques sont également extrêmement importantes. Nous avons pu doubler ces contributions pour les organisations humanitaires clés en 2019.

Le ministère des Affaires étrangères renforce également son engagement politique pour le maintien de l’espace humanitaire. Sous l’égide du ministre des Affaires étrangères Heiko Maas, le Conseil de sécurité des Nations unies s’est attelé à cette tâche dès le premier jour de la présidence allemande du Conseil de sécurité le 1er avril 2019.

Le ministère fédéral des Affaires étrangères s’empare des sujets de demain, orientant vers l’avenir non seulement son action mais également l’ensemble du système humanitaire, et prévoit d’examiner de plus près les chances et les risques liés à la numérisation pour l’aide humanitaire. Dans les scénarios de crise, une amélioration de la coordination des différents instruments existants est également urgente.

Optimiser l’aide humanitaire est une chose. Mais il faut aussi empêcher que les besoins humanitaires n’apparaissent. La communauté internationale doit mettre plus rapidement un terme aux crises humanitaires, avec des solutions durables. C’est pourquoi il est nécessaire de mieux mettre à profit les divers outils à notre disposition en fonction des situations, qu’il s’agisse de la prévention des crises, de la coopération pour le développement ou encore de l’aide humanitaire – en tenant bien entendu compte des mandats et des objectifs de chacun.

Bärbel Kofler, chargée de l’aide humanitaire auprès du gouvernement fédéral
Bärbel Kofler, chargée de l’aide humanitaire auprès du gouvernement fédéral© Susie Knoll
Tribune de Bärbel Kofler, chargée de l’aide humanitaire auprès du gouvernement fédéral allemand

Retour en haut de page