Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Déclaration du ministre fédéral des Affaires étrangères à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés

Originaires de Syrie, des enfants réfugiés dessinent dans un « Fun Bus ». Piloté par une ONG libanaise, ce projet est co-financé par le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies et l’Union européenne.

Originaires de Syrie, des enfants réfugiés dessinent dans un « Fun Bus ». Piloté par une ONG libanaise, ce projet est co-financé par le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies et l’Union européenne. En proposant des activités de loisirs, les « Fun Bus » offrent un répit et une alternative aux enfants qui travaillent dans la rue, © dpa

20.06.2019 - Article

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le ministre fédéral des Affaires étrangères, M. Heiko Maas, a déclaré aujourd’hui (le 19 juin) :

Pour la première fois, le haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, M. Filippo Grandi, a annoncé le nombre de réfugiés dans le monde non pas au siège du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à Genève, mais à Berlin. Il s’agit pour moi d’une grande marque de reconnaissance à l’égard de l’importante contribution de l’Allemagne à la protection mondiale des réfugiés.
Les chiffres actuels du HCR confirment une nouvelle fois que partout dans le monde, de plus en plus de personnes sont contraintes de quitter leur foyer à cause de la violence, que ce soit au sein de leur propre pays ou, en tant que réfugiés, au delà des frontières nationales. L’Allemagne a accueilli de nombreux réfugiés qui ont connu la souffrance et la guerre. Cependant, nous ne devons pas oublier que 91 % des réfugiés ne vivent pas dans l’Union européenne, mais ont souvent été accueillis dans des pays en développement ou émergents. Ces personnes aussi ont besoin de notre soutien. Et elles ont besoin de nouvelles perspectives d’avenir, car la dignité humaine est inaliénable. Cela vaut pour chacun d’entre nous.
En cette Journée mondiale des réfugiés, il convient de se rappeler pourquoi le HCR et la Convention relative au statut des réfugiés existent : parce qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, des millions d’Européens ont eux mêmes cherché une protection en tant que réfugiés. À l’époque, la communauté internationale partageait l'idée que nous étions ensemble responsables des personnes qui doivent fuir leur pays d’origine à cause de la guerre, de la violence et des persécutions. Presque 70 ans plus tard, l’Allemagne, en tant que deuxième bailleur de fonds du HCR, contribue elle aussi de manière importante à ce que les réfugiés du monde entier puissent vivre en sécurité et dignement. Cela aussi, c’est du multilatéralisme vécu !
Retour en haut de page