Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Alliance des multilatéralistes : pour un réseau de partenaires internationaux

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, souhaite créer une équipe de partenaires internationaux

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, souhaite créer une équipe de partenaires internationaux, © Thomas Koehler/photothek.net

13.06.2019 - Article

Les populistes et les régimes autoritaires remettent de plus en plus en cause la coopération internationale de manière de plus en plus marquée. Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas œuvre à l’établissement d’un nouveau réseau plus collaboratif.

À l’ère de «  l’Amérique d’abord  », des valeurs comme la coopération, le respect du droit international et le libre-échange subissent des pressions partout dans le monde. C’est pourquoi le ministre fédéral des Affaires étrangères souhaite promouvoir la mise en place d’un nouveau réseau composé d’États qui s’engagent en faveur d’une coopération équitable.

Alliance des multilatéralistes

«  On ne pourra pas résoudre les problèmes mondiaux en faisant cavaliers seuls au plan national : nous devons coopérer  », a insisté Heiko Maas. À cet effet, le ministre fédéral entend consolider la coopération, les règles communes et le dialogue sur la scène mondiale en s’appuyant sur un réseau d’États animés du même esprit, une «  alliance des multilatéralistes  » :

Le multilatéralisme compte parce que ce dont le monde a besoin, ce n’est pas d’encore plus d’individualistes, mais de partenaires qui jouent en équipe.

Unir ses forces pour les Nations Unies

Le nouveau groupe de pays devrait donc mobiliser toutes ses forces pour permettre à la communauté internationale de résoudre les problèmes par la coopération et aux organisations comme les Nations Unies de rester fortes.

Entretiens avec le Canada, le Japon et la Corée du Sud

Heiko Maas a déjà pris des dispositions avec de nombreux pays pour une «  alliance des multilatéralistes  ». La France, le Canada, le Chili ou encore le Ghana participent par exemple à la campagne #MultilateralismMatters sur les réseaux sociaux. «  La porte est grande ouverte  », explique Heiko Maas. Pour l’instant, il n’est pas prévu de créer une nouvelle organisation ou un nouveau format de dialogue fixe. Le groupe sera plutôt destiné à soutenir d’abord des institutions existantes comme les Nations Unies.

Retour en haut de page