Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Angela Merkel plaide à Harvard pour faire tomber les « murs », y compris dans les têtes

Angela Merkel aux diplômés d’Harvard : « Faites tomber les murs de l’ignorance et de l’étroitesse d’esprit car rien ne demeurer tel quel. »

Angela Merkel aux diplômés d’Harvard : « Faites tomber les murs de l’ignorance et de l’étroitesse d’esprit car rien ne demeurer tel quel. », © Gouvernement fédéral /Bergmann

03.06.2019 - Article

Invitée à recevoir un doctorat honorifique de l’Université d’Harvard, la chancelière Angela Merkel a livré aux étudiants américains six réflexions pour l’avenir tirées de son expérience. Un plaidoyer pour la liberté, la coopération et l’espoir.

« Abattez des murs d’ignorance et d’étroitesse d’esprit, car rien n’a vocation à rester tel quel », « Agissez en commun, dans l’esprit d’un monde globalisé et multilatéral », « Demandez-vous toujours : est-ce que j’agis de telle ou telle manière parce que cela est juste, ou seulement parce que cela est possible ? »,  « N’oubliez pas que la liberté ne va jamais de soi. » et « Soyez étonnés de ce qui est possible. » Ces six maximes sont, pour Angela Merkel, le fruit de l’expérience de toute une vie. Ce sont aussi les conseils qu’elle est venue transmettre la semaine dernière aux étudiants de l’Université d’Harvard, aux États-Unis.

En chemin pour la cérémonie de remise des diplômes de l’université d’Harvard, la chancelière a salué les étudiants
En chemin pour la cérémonie de remise des diplômes de l’université d’Harvard, la chancelière a salué les étudiants© Gouvernement fédéral/Bergmann

La chancelière avait été invitée par le prestigieux établissement de Boston à recevoir un doctorat honorifique. Après avoir salué les étudiants, elle a prononcé devant quelque 20 000 diplômés, parents et enseignants le célèbre « commencement speech ». Elle y a passé sa vie en revue, depuis son horizon limité de physicienne dans l’ex-RDA à sa reconversion en politique lors de la chute du mur de Berlin, puis à ses 14 années à la tête de l’Allemagne.

Elle avait un objectif : transmettre ses réflexions à la nouvelle génération, celle qui aura à affronter les défis du XXIe siècle.

Elle a ainsi plaidé pour la coopération et le multilatéralisme. « Les changements sont possibles si nous les abordons ensemble. Seuls, nous ne réussirons pas », a-t-elle souligné. En ajoutant : « plus que jamais, nous devons avoir une pensée multilatérale plutôt qu’unilatérale, globale plutôt que nationale, ouverte au monde plutôt qu’isolationniste. »

Angela Merkel a, par ailleurs, appelé les étudiants à avoir le courage de réfléchir et de prendre du recul, à cultiver l’humilité et le respect de l’autre dans ses différences et, à l’ère des « fake news », à se laisser guider par le souci de la vérité, et non à « appeler vérité des mensonges ».

Elle les a exhortés à abattre les murs. À commencer par les murs qui cloisonnent les esprits, ceux de « l’ignorance » et de « l’étroitesse d’esprit ».

Enfin, elle leur a rappelé que rien ne va de soi, ni les libertés individuelles, ni la démocratie, ni la prospérité. Et les a invités à s’engager dans l’avenir avec enthousiasme, sans avoir peur de prendre des risques. « Car si nous faisons tomber les murs qui nous étouffent, si nous allons vers l’ouverture et si nous osons un nouveau départ, alors tout est possible ».

A.L.

Plus d’informations :

Lire le discours de la chancelière Angela Merkel (en anglais et en allemand)
Écouter le discours (vidéo)

Retour en haut de page