Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne intensifie ses relations avec le Japon

. Au

La chancelière Angela Merkel a rencontré ce lundi à Tokyo le Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Au lendemain de l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange UE-Japon, Berlin et Tokyo veulent envoyer un signal commun en faveur du libre-échange et du multilatéralisme, © dpa

04.02.2019 - Article

Lundi, à Tokyo, la chancelière Angela Merkel et son homologue japonais, Shinzo Abe, ont réaffirmé leur attachement commun au libre-échange et au multilatéralisme.

En visite de deux jours à Tokyo, la chancelière Angela Merkel a loué lundi aux côtés de son homologue japonais, Shinzo Abe, l’accord de libre-échange entré en vigueur le 1er février entre l’Union européenne (UE) et le Japon. C’est « un message important adressé au monde à une époque » qui voit le retour du nationalisme et du protectionnisme, ont-ils souligné de concert. L’Allemagne et le Japon veulent intensifier leur coopération économique et scientifique.

Libre-échange et multilatéralisme

À Tokyo, la chancelière Angela Merkel s’entretient ce lundi avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Elle est accompagnée de représentants du patronat allemand
À Tokyo, la chancelière Angela Merkel s’entretient ce lundi avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Elle est accompagnée de représentants du patronat allemand : Dieter Kempf (3e en partant de la g.)), président de la Fédération de l’industrie allemande (BDI) et Joe Kaeser (4e), P.D.G de Siemens© dpa

Il importe de « mettre [cet accord] en pratique », a en effet souligné Angela Merkel. Accompagnée d’une délégation de chefs d’entreprise allemands, la chancelière estime comme M. Abe que « de très profitables situations gagnant-gagnant » peuvent en résulter « si tous les partenaires coopèrent de manière ouverte » et juste.

Le Japon est le 2e partenaire commercial de l’Allemagne en Asie. 450 entreprises allemandes y sont implantées. Mais « ces chiffres peuvent augmenter, et le Japon est aussi invité à s’engager en Allemagne », a dit la chancelière.

L’accord de libre-échange UE-Japon crée la plus vaste zone de libre-échange au monde (600 millions de consommateurs, 40 % du commerce mondial). Il supprime à court ou moyen terme la plupart des droits de douane sur les produits européens vendus au Japon (vin, fromage, viande, pâtes, chocolat, biscuits), ainsi que les droits de douane sur les voitures japonaises vendues en Europe. Cela devrait représenter à terme une économie de près d’un milliard d’euros par an pour les exportateurs, a calculé la Commission européenne.

Coopération en vue du G20

Angela Merkel a, par ailleurs, rappelé que l’Allemagne et le Japon étaient « les représentants d’un ordre mondial basé sur des règles ». Les deux pays ont « toujours entretenu une bonne coopération » en la matière, a-t-elle dit. Et l’Allemagne collaborera « très volontiers » à l’Agenda du G20, le groupe des 20 premières économies mondiales dont le Japon exerce cette année la présidence.

L’un des thèmes du sommet, qui aura lieu en juin à Osaka, sera celui de la sécurité et de l’éthique des données. « Ce sont des thèmes qui nous préoccupent aussi », a souligné Angela Merkel.

À Tokyo, la chancelière aura l’honneur d’être reçue mardi par l’Empereur Akihito, puis de s’entretenir avec le prince héritier Naruhito qui lui succédera début mai. Elle participera également à un forum économique germano-japonais, à une discussion avec des étudiants de l’université et à un échange avec des scientifiques japonais sur la robotique et les neurosciences. Enfin, elle visitera un laboratoire spécialisé dans l’intelligence artificielle.

A.L.

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand)
Commission européenne : les principaux éléments de l'accord de libre-échange entre l'UE et le Japon (en français)

Retour en haut de page