Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Ce que vous devriez savoir sur la crise au Venezuela

Juan Guaidó à Caracas, la capitale du Venezuela

Juan Guaidó à Caracas, la capitale du Venezuela, © picture alliance/dpa

01.02.2019 - Article

La situation au Venezuela s’est gravement détériorée. En voici notre analyse :

Le scrutin présidentiel de mai 2018 ne correspondait nullement aux normes démocratiques, il n’était ni libre ni juste. Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, et ses homologues européens exigent donc la tenue de nouvelles élections conformes aux normes internationales. La déclaration de la Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, publiée au nom de l’UE le 26 janvier 2019, condamne la violence dont ont fait usage les forces de sécurité ces jours derniers contre de nombreux manifestants. Le Venezuela a besoin de toute urgence d’un gouvernement qui représente réellement la volonté du peuple vénézuélien.

Nouvelles élections Avec Juan Guaidó

Si Nicolás Maduro n’ouvre pas la voie à de nouvelles élections, l’Allemagne est prête à reconnaître Juan Guaidó comme président par intérim pour qu’il engage de nouvelles élections. Juan Guaidó est président de l’Assemblée nationale, la seule représentation du peuple vénézuélien dotée d’une légitimité démocratique. Les Vénézuéliens ne pourront décider de leur avenir que si des nouvelles élections libres et justes ont lieu.

La police et les milices renforcent la répression et les violences mortelles contre les civils

Au Venezuela, les forces de sécurité et les milices progouvernementales tuent des civils en pleine rue. Selon les Nations Unies, des dizaines de personnes sont mortes et des centaines d’autres ont été arrêtées, dont des journalistes, depuis le début des dernières protestations. Des civils innocents font l’objet d’intimidations ciblées afin qu’ils ne descendent pas dans la rue manifester contre Nicolás Maduro. En de nombreux endroits règne un climat de violence et de répression, et le régime piétine les droits de l’homme. C’est la raison pour laquelle l’Allemagne et tous les États membres de l’Union européenne appellent tous les acteurs au Venezuela à renoncer à la violence. Les Vénézuéliens doivent pouvoir décider de leur avenir dans le cadre d’élections libres et justes et dans un climat exempt de violence.

De plus en plus de Vénézuéliens en proie à la maladie, la malnutrition et la pauvreté

Les habitants manquent du strict nécessaire pour survivre. Il y a pénurie de médicaments, et la malnutrition et la sous-alimentation s’aggravent. Le système de santé publique s’est effondré et des maladies comme la rougeole et la diphtérie sont redevenues une réalité mortelle dans le pays le plus riche en pétrole du monde. Les réserves s’épuisent, les denrées alimentaires sont souvent inabordables et les files s’allongent devant les supermarchés. Il est dans l’intérêt absolu de la population qu’il soit mis fin à cette situation et que de nouvelles élections aient lieu dans le respect de la démocratie et de l’État de droit.

L’Allemagne aide avec les pays voisins à soulager la détresse

La plus grande préoccupation de l’Allemagne est la population qui se bat chaque jour pour survivre. Plus de trois millions de personnes se sont réfugiées dans les pays voisins pour fuir la misère au Venezuela. À travers des organisations humanitaires allemandes et internationales, nous versons près de 12 millions d’euros pour fournir aux réfugiés et aux communautés d’accueil de l’eau et des médicaments, des hébergements et de la nourriture. L’Allemagne est prête à apporter également une aide humanitaire aux Vénézuéliens en détresse dans leur pays. Juan Guaidó est ouvert à cette possibilité, contrairement à Nicolás Maduro.

Discours du ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, au Bundestag :

Retour en haut de page